Billet d'humeur : Bilan d'un an de Billy Corgan aux commandes créatives de la TNA

Corgan bfg press conf

Le leader des Smashing Pumkins, Billy Corgan, a été très présent sur les fils d'actualité sur le catch américain ces derniers mois. D'abord, il a été annoncé l'an dernier qu'il avait été engagé comme conseiller à la production, création et recrutement pour TNA Wrestling. Ensuite, cet été, il a été confirmé qu'il avait racheté une minorité des parts de la compagnie pour la soutenir financièrement et légitimer son pouvoir décisionnaire (Dixie Carter conservant sa position d'actionnaire majoritaire, et Aroluxe (le compagnie des frères Harris) étant l'autre investisseur minoritaire) - modifiant par la même occasion son titre fictif à l'écran, en "President of Impact Wrestling" (Dixie, devenant simplement "Chairman"). Enfin, récémment, le Wrestling Observer a résumé la situation actuelle concernant l'équipe créative, validant une nouvelle fois la supervision des opérations par Billy Corgan (coopérant avec Matt Hardy concernant ses "storylines" et celles de la famille Hardy, et gérant le reste via John Gaburick en bras-droit et le duo de scénaristes Dave Lagana et Matt Conway, à la TNA depuis 6-7 ans déjà). En somme, cela fait bientôt 1 an que la voix et le cerveau des Pumpkins est aux commandes du produit TV présenté par Impact Wrestling. Alors, quel bilan faire de cette première année ? Positif ou négatif ? Influent ou négligeable ? Progression ou régression ?

Quand Billy Corgan - ancien créateur de sa propre promotion à Chicago RESISTANCE Pro-Wrestling - s'est inséré humblement à la table de l'équipe créative, la TNA avait beaucoup à gérér : Jeff Hardy et Kurt Angle sur le banc de touche, ce dernier bientôt à la retraite, le tumulte des curieuses Wednesday Night Wars (face à Lucha Underground, NXT, et la ROH), le prochain nouveau déménagement d'Impact Wrestling d'une chaîne à l'autre seulement 9 mois après le précédent déménagement, sans parler des incessants problèmes financiers (quoique mieux gérés au fil des années) de la TNA. Il aurait été un euphémisme de dire que la situation y était tendue. Corgan a cependant réussi à maîtriser TNA Bound For Glory 2015 et son implication directe sur son premier projet, les TNA World Title Series. Un long et irrégulier tournoi, enregistré sur diverses périodes et lourdement édités, mais qui a su occuper et maintenir un minimum d'intérêt en attendant les grands débuts d'Impact sur sa nouvelle chaîne (plus adéquate et cordiale, semble-t-il) Pop TV. Contrairement à l'erreur de l'an passé où le programme semblait s'être arrêté sans prévenir entre le départ de Spike TV et l'installation sur Destination America. 

http://www.topropepress.com/wp-content/uploads/2016/03/billy-corgan.jpg Par la suite, il a progressivemment réussi à développer à la fois un roster avec des personnages possédant chacun une vraie identité, tels Decay, Eli Drake, 'The Miracle' Mike Bennett (mais aussi dans une moindre mesure pour les nouvelles Knockouts comme Allie, Sienna, Jade, et une X-Division mieux hiérarchisée), continuer les développements de stars déjà enclenchés comme Drew Galloway, EC3 et Lashley et coopérer avec Matt Hardy pour présenter au mieux sa transformation réussie en #BrokenMattHardy et ses idées créatives. Lesquelles, particulièrement sous la forme des controversées "Final Deletion" et récémment "Delete or Decay", ont formé une nouvelle sorte d'alternative, reprenant le style et le ton de la production de Lucha Underground avec une ambiance second-degré innovante et hilarante. Qui plus est, bien récompensées en terme d'audience télévisuelle - le seul paramètre du succès concret du produit TV présenté, et donc le seul facteur dont la TNA d'aujourd'hui (fonctionnant essentiellement comme la 100% TV Lucha Underground) se soucie aujourd'hui.

Enfin, il y a peu notamment, il arrive à insuffler une atmosphère sportive, à la fiction admirablement orchestrée, nécessaire à une époque où l'UFC et le MMA raflent de plus en plus d'attention et de fans. Des conférences pré-combats pour EC3 vs. Mike Bennett ou EC3 vs. Lashley, à sa dernière nouveauté (encore un peu bancal), le TNA Grand Championship. Certes, sa première année à la présidence créative de la TNA n'a pas été parfaite : le départ de Bobby Roode pour NXT a fait lâcher la réunion de Beer Money, la perte stupide de Manik/TJ Perkins, le règne trop court de Drew Galloway l'a forcé à copier la personnalité fictive qu'il incarne déjà au sein d'EVOLVE, les directions créatives de certains "mid-carders" réguliers comme Robbie E, Jessie Godderz et Rockstar Spud, etc ... Pourtant, pour la première fois en bien des années, la direction créative de la TNA a su lui apporter plus de positif que de négatif, dont une constance et cohérence, mais aussi une progression en termes factuels comme des boosts d'audience non-négligeables. En espérant que cela puisse continuer encore comme cela pendant les 2-3 ans à venir !

Matt Hardy Billy Corgan TNA Catch Indépendant Catch