TNA New Generation : Quels meneurs pour Impact Wrestling en 2016 ?

Le 5 janvier, la troupe de la TNA débutera l'année 2016 avec un épisode d'Impact Wrestling en direct, du Sands Bethlehem Center de Philadelphie (salle dans laquelle elle a utilisé un ring traditionnel à 4 côtés pour la dernière fois, jusqu'à nouvel ordre), sur son nouveau diffuseur américain Pop TV (plus connu et accessible que "Bigfoot & Ghost Land", Destination America).  Installées pour 4 jours à Philly cette semaine-ci, puis en tournée britannique à Manchester, Londres et Birmingham à la fin du mois (constitué notamment de Lockdown 2016, en guise d'épisode TV spécial pour la deuxième année consécutive), les forces de Dixie Carter seront donc mobilisés pour une première série d'enregistrements TV comprenant les derniers pas sur le ring de Kurt Angle - et sans doute le début de la fin des Hardy Boyz à la TNA.

C'est donc dans ce premier mois de 2016 que le staff exécutif et créatif de la compagnie de Nashville devront s'atteller à établir le plus de stars, issues de leur très jeune roster, en utilisant les vétérans encore bien actifs et les mid-carders adéquats à bon escient pour consolider la suite des programmes dans les mois à venir et assurer l'avenir moyen/long-terme de son pool de talents. Pour cela, elle devra ajuster l'agenda des derniers matches du 'Olympic Gold Medalist' au diapason, s'assurer de la bonne équité des temps d'antenne de chacune de ses divisions et de chacun de ses titres de champion et de coordonner ses plans créatifs à la tenue des deux seuls Impact Live Pay-Per-Views restant au calendrier, Slammiversary XIV et Bound For Glory 2016.

Et tout cela pouvant se baser sur une hiérarchisation des talents, plus ou moins prioritaires, suivants :

* NB : Pour vous situer, voici la tête que devrait avoir le roster de la TNA en janvier 2016 comme annoncé pour le Maximum Impact UK Tour 8 : Kurt Angle, Lashley, Matt Hardy, EC3, Drew Galloway, Eric Young, Bobby Roode, Rockstar Spud, Grado, Davey Richards, Eddie Edwards, Mr Anderson, TNA X-Division Champion Tigre Uno, Robbie E, Mandrews, Mahabali Shera, TNA Knockouts Champion Gail Kim, Taryn Terrell, Velvet Sky et Madison Rayne. Et : Abyss, Awesome Kong, Jessie Godderz, DJ Z, Eli Drake, Trevor Lee, Andrew Everett, Rebel, Tyrus, Marti & Jade. *

♦ Priorité Primaire : 4 "heels" et 4 "faces", pour mener TNA's New Generation

En 1997, la WWF/E s'était vidée de ses mégastars de l'Hulkamania Era, et d'une poignée des jeunes stars montantes de sa New Generation Era toujours en cours. Au roster rajeuni, elle a dû confié des rôles et des tâches vertigineuses pour contrer la puissance et le "star-power" d'une WCW aux audiences dominantes. Si le contexte n'est pas le même pour la TNA en 2016, un parallèle peut être fait de l'état de son roster, aux "TNA Originals" de plus en plus rares et aux stars vétérans comme Kurt Angle ou Sting, déjà partis ou sur le départ. Autant sa structure que son allure est méconnaissable de celui, brouillon, des premières années et celui, rempli à ras-bord, de 2007-2011. Aujourd'hui, le grand exode ayant suivi les nombreuses coupures budgétaires démarrées en 2013 arrive à son terme : Kurt Angle, son dernier grand nom, s'en va raccrocher les bottes tranquillement tandis que Matt & Jeff Hardy (qui, ce dernier, n'est pas encore sûr de pouvoir remonter sur le ring en janvier) hésitent de plus en plus à rejoindre les rangs d'une WWE de plus en plus arrangeante (sans oublier la retraite prévue pour bientôt d'Awesome Kong).

Il est donc temps pour une nouvelle poignée entière de jeunes leaders d'une New Generation de se lever, et de prendre définitivemment la place laissée. Et ce, sans concession ! Ainsi, en cela, Billy Corgan, Dave Lagana et Matt Conway pourraient se focaliser sur 8 jeunes catcheurs déjà établis en 2014-2015 :

https://i.ytimg.com/vi/kvybjEA7bSI/maxresdefault.jpg- Ethan Carter III = En partant du plus évident et installé, on tombe forcément sur EC3 en tête de liste. Ayant déjà atteint ce pallier de top-stars du roster de la TNA en 2015, il n'est néanmoins pas encore au bout de ses peines et doit donc rester sur une pente ascendante constante pour ne pas perdre un momentum si bien travaillé et accumulé jusque là. Pour lui désormais, deux options sont possibles : l'une, naturelle et prouvée comme réussie, est celle de rester le top-"heel" (durant uen nouvelle saison, au maximum) arrogant, prétentieux et victorieux à tout prix qu'il sait incarner à la perfection ; l'autre, plus risquée à ce niveau, peut être celle d'un léger "face-turn" à la The Rock, circa 1999, tant certains fans apprécient son aisance verbale et son charisme. 

Dans un tel scénario, la façon la plus adéquate serait peut-être de réunir le duo comique qu'était EC3 & Spud, sous une forme plus "tweener" que "heel" à la Rock N'Sock Connection. Vainqueur des World Title Series et déclaré deux fois champion du Monde poids-lourd de la TNA en conséquence, EC3 pourrait s'allier à d'autres jeunes talents "heels" comme Jessie Godderz et Eli Drake (les Kings of Everything, comme proposé depuis des mois sur les sites et forums consacrés) sur le chemin de sa défaite inéluctable (face à Drew Galloway, en Angleterre, idéalement). Laissé tomber par ses comparses (et par son garde-du-corps Tyrus plus tôt, car détenteur du titre de #1 Contender depuis Bound For Glory 2015) désintéressés ensuite, il comprendrait ainsi le sentiment de déception exprimée par son ancien "Chief of Staff" l'an passé et n'agirait plus comme l'énergique et égocentrique "neveu de la Présidente". Déprimé, il se rappellerait sans doute au grand plaisir de son amitié avec Spud qu'il se décidera finalement à sauver des griffes de Godderz & Drake (pourquoi pas au terme d'une sorte de Grudge Match face à lui, au terme de la tournée européenne comme souhaité par chacun depuis leur Hair vs. Streak Match de janvier 2015). L'alliance alors reformée, le duo charismatique et comique qui avait fait tant d'heureux, dans les heures les plus sombres d'Impact Wrestling en 2014, pourrait enfin rejaillir pour un temps, en préparation de l'obligatoire Grudge Match III et couronnement final de Spud à Bound For Glory 2016.

- Rockstar Spud = Complètement délaissé depuis la conclusion (... pour l'instant) de sa rivalité face à EC3, le petit Mick Foley/Mikey Whipwreck de la TNA doit remonter impérativement la pente et accomplir sa destinée : devenir le top-"full babyface" du roster ! Hautement charismatique, sympathique et drôlatique, Spud a tout de même eu droit à une dance momentanée au sommet avec Austin Aries et Kurt Angle dans le rôle de "l'underdog" l'an passé. Loin d'être mauvais et inadéquat, ce rôle n'a pas eu le succès escompté pour l'ex-'Chief of Staff' tant ses costumes atypiques et son humour Mr. Bean-esque manquaient aux fans. Un scénario pourrait le ramener organiquement sur ce "droit chemin" : comme cité plus haut, une réunion RNSC-style pourrait permettre celle-là, en plus de ne pas sur-user l'incarnation actuelle d'EC3 et de préparer de plus gros plans. Ces derniers constituant l'horizon d'un Grudge Match/Championship Match final, à Bound For Glory 2016, ré-enclenchant le rechargé "heel" EC3 mis en pause jusque là et permettant l'explosion définitive de Spud en tant que top-"babyface" et champion du Monde (potentiel ou tout court).

Comme Ethan à sa manière, Spud n'a pas les capacités d'un Daniel Bryan (similaire dans le rôle, d'où la comparaison) sur le ring mais a le charisme, les capacités d'actes spectaculaires (à la Jeff Hardy), le "selling" et "storytelling" (à la Mick Foley) qu'il faut pour représenter le parfait "champion du peuple" durant la donc bien nommée "Pop Era" d'Impact Wrestling.

http://images.huffingtonpost.com/2015-10-02-1443777148-1696815-DrewGalloway.jpg- Drew Galloway = Qu'est-ce qui fait un bon héros ? La capacité à exprimer de la sympathie, le courage, la détermination positive et tolérante, l'indomptabilité, l'incorruptibilité et la capacité à faire valloir la justice. Toutes ces qualités ont été exprimées, d'une façon ou d'une autre, par Drew Galloway depuis son arrivée à la TNA en janvier 2015. Si Spud doit incarné le gentil, faible, victime, normal et surtout identifiable du clan de ces nouveaux top-"faces" à fabriquer par la TNA, Drew doit en être le héros, épique, courageux et vengeur. A l'image de Sting pendant de longues années à la fois à la WCW et à la TNA, l'ex-'Chosen One' doit endosser le rôle du dernier rempart face à l'adversité et à la cruauté, l'inarrêtable conquérant des forces du Mal (ou des envahisseurs comme en septembre, face à l'invasion sournoise de la troupe de Jeff Jarrett). Et cela il doit être capable de le démontrer chaque soir entre les cordes, de par sa capabilité supérieur à terrasser les géants, et outrepasser l'handicap du nombres si nécessaire.

Ce rôle, Galloway l'incarne donc déjà, seulement ses déboires à BFG '15 puis lors des World Title Series ont mis un frein à sa conquête - et peut-être était-ce pas si mal, car trop facile eusse été pour lui. En janvier 2016, suivant la conclusion du dit tournoi, il est temps pour lui de rattrapper le coup et de prouver sa valeur devant le nouveau public de Pop. En signant victoire sur victoire pour reprendre sa place de #1 Contender (pourquoi pas des mains de Tyrus, si celui-ci ne se sépare finalement pas d'EC3), et finalement décrocher le titre qui l'attendait à BFG, disons à Londres pour Impact Wrestling: TNA Lockdown 2015. S'en suivra une domination logique, jonchée des obstacles les plus adéquats et des "feuds" les plus aisément palpitantes (une série de matches face à Eric Young, semble la plus probablement efficace), pour assurer sa place de #1 du roster de la TNA et de sa New Generation. Son Bret Hart, en plus cool, en quelque sorte ...

- The Wolves (Davey Richards & Eddie Edwards) = Les nouveaux Motor-City Machine Guns de la TNA sont d'ores et déjà bien établies comme l'équipe #1 d'une Tag Division toujours en transition, depuis leurs débuts en 2014. Ainsi, si il faudra durant 2016 continuer de consolider une telle position (en leur offrant plus de compétition !!!), faudra-t-il sans doute les laisser de plus en plus faire cavaliers seuls de temps à autres aussi ?

Débuté avec la blessure d'Eddie Edwards et ensuite par les règles des WTS, ce passage doit être accentué l'année prochaine, pourquoi pas entre deux règnes de champion. Tout en restant lié, Davey et Eddie pourraient s'accorder une petite pause les opportunités venant frappées justement à leurs portes respectives : un possible règne de champion X-Division pour Davey par ci, et un potentiel règne de champion King of The Mountain par là pour Eddie (voire une chance au titre majeur pour chacun, d'une manière ou d'une autre). Tout comme les MCMG en 2008 (et Beer Money Inc. en 2007, à ses prémices), une petite période de transition en été avant un retour fracassant dans la division Tag (alors plus renforcée d'ici là, assumons) à Bound For Glory 2016 serait sans doute la bienvenue pour amener un sentiment de progression pour deux excellents catcheurs et "babyfaces" du roster de la TNA.

https://40.media.tumblr.com/38a47f4a3677d7afe352af571f7684b4/tumblr_n6irqhARaM1s8rksio2_500.png- Bram = 'The Chesterfield Plague' n'a pas eu l'année qui s'annonçait à lui en 2015 ... Suite à l'établissement d'une réputation "bad-ass" en 2014 via une "feud" très hardcore face à Abyss, Bram semblait se diriger vers de beaux pâturages avec une storyline palpitante contre son désormais ex-meilleur ami Magnus. Laissé un peu de côté l'été suivant, puis suspendu de part son implication dans une agression matrimoniale (dont sa culpabilité n'est pas encore attestée, compte-tenu de l'arrêt de toutes charges retenues contre lui), Bram ne commence pas 2016 comme il aurait dû. Ce déménagement sur Pop TV est donc peut-être l'occasion de rappeler de quoi 'The New King of Hardcore' se chauffe !

Pas si talentueux sur le ring, Bram en impose par son physique, son look et sa présence si particulière. Ainsi, en rappelant très vite sur quoi sa réputation antérieure était fondée (démolissage d'adversaires, en abusant de violence et de cruauté post-match et en hésitant pas à faire face à plus "hardcore" que lui), Bram pourrait se crédibiliser enfin matériellement en entrant en course pour un titre quelconque. Imaginons le retour annuel du Feast or Fired Match (avec dans le rôle du viré, disons Micah pas vraiment utilisé ni si utile depuis la fin de The Rising), où seraient potentiellement offerts de positifs un match de championnat X-Division, Tag ou KOTM. Gagnant d'aucune valise, Bram s'en sort cependant fier d'avoir fait un carnage sans nom, et surtout d'avoir sans le savoir impressionné l'autre maniaque de la TNA, Eric Young. Détenteur lui de la valise Tag, il lui propose dans son imprévisibilité de se joindre à lui pour remporter les titres par équipe. Les deux fous dangereux du roster s'allieraient ainsi pour détrôner The Wolves à Lockdown dans un match brutal. De cette façon, la Tag Team Division s'octroie une équipe de choc dominante pendant une bonne partie de la saison - pendant la dite "petite pause" de Davey & Eddie, et durant l'établissement de nouvelles équipes comme Andrew Everett & Trevor Lee (Team OMEGA ?) - et permet à la fois à EY de rester frais après une hégémonie du temps d'antenne en 2015 et à Bram de reprendre une place de choix dans le roster. S'en suivra naturellement une ascension progressive vers le titre Mondial, avec pourquoi pas un règne de champion KOTM.

http://jessie-godderz.com/wp-content/uploads/2015/07/f2.png- Jessie Godderz = Véritable "stand-out" de ces World Title Series, Jessie Godderz impressionne toujours de mieux en mieux les fans les plus sceptiques. Débarqué de nulle part (le Jersey Shore, donc) et ultra-"green" sur le ring à son arrivée à Bound For Glory 2012, Jessie s'est petit à petit fait une place grâce à sa divertissante association avec Robbie E et DJ Zema Ion, The Bro-Mans, tout en ne cessant de s'améliorer entre les cordes.

Aujourd'hui séparé volontairement et violemment de ses "bros", il impose de prestence et de physicalité sous les traits d'un Chris Masters circa 2005 de meilleur qualité. 'The Man' a le "finisher" (avec un acting/selling parfait), les capacités athlétiques et la personnalité pour réussir. Ainsi, si il y en a bien un qui devrait remporter la valise (puis le titre) KOTM dans le Feast or Fired Match cité plus haut, se doit être lui. De quoi le préparer au mieux pour une "feud" face à un Spud champion en 2017 ? Pourquoi pas ...

- TJ Perkins (Manik) = Enfin, il faut vraiment que la TNA s'attèle à "pusher" un leader pour sa X-Division, à laquelle elle n'a fait qu'à porter attention 50% du temps seulement. De la poignée "d'X-Division guys" déjà fournis en 2016, le seul véritable talent en ayant possiblement les capacités reste TJ Perkins. Coincé par la lente descente aux enfers de James Storm's Revolution et plus généralement son rôle masqué de Manik, TJP n'a pas su montrer toute l'étendue de son talent en 2015. Lequel s'est plus exprimé lors des partages de talents fréquents vers l'EVOLVE - où il officie comme membre de la faction "heel" Catch Point.

Moins charismatique que les autres hommes cités plus haut (et bien moins doué au micro aussi), TJP a pourtant énormément de talent, en particulier sur le ring - l'atout principal pour un leader de la X-Division. En retirant le masque à son arrivée sur Pop (avec ou sans angle créatif pour), TJP pourrait commencer son ascension au sommet de la X-Division, même en attendant un meilleur remplaçant pour le rôle (que diriez-vous du "hot free agent" qu'est Sami Callihan ?). Avec lui (vainqueur de la mallette X-Division du Feast or Fired Match ?) en champion de la X-Division, la TNA peut peut-être travailler de manière constante et consistente sa poignée de jeunes voltigeurs afin de monter les "faces" populaires DJZ et Mandrews (moins qu'il le devrait ... Damn you, TNA !), le duo d'Everrett & Lee, en compagnie du toujours serviable (et actuel champion) Tigre Uno. Avec une attention solide portée à leur égard, ces jeunes loups sont capables de former une belle X-Division capable d'opener de PPVs attendus et appréciés. 
 

♦ Priorité Secondaire : D'autres jeunes talents à bichonner pour solidifier l'undercard

Si le roster de la TNA à l'approche de 2016 ne régorge pas d'autant de talents que les précédentes années, il lui en reste néanmoins un certain nombre très prometteurs dont quelques-uns qui n'ont pas été cité parmi les "élus" au-dessus.

Moins flagrant qu'un Jessie Godderz, son ex-partenaire Robbie E a démontré lors des WTS qu'il était capable de se débrouiller tout seul entre les cordes. Ayant enfin abandonné sa gimmick de "bro" allant de l'insupportable au divertissante qu'il arborait depuis ses débuts, il a désormais la possibilité de maintenir le cap solo avec 2016 en approche. Encore est-il qu'il doit trouver LE créneau "face" appréciable sur lequel il doit se focaliser pour réussir cela et ne pas retomber une troisième fois dans la Tag Team Division (qui l'accueillerait à bras ouverts, bien que dommage pour sa carrière) ...

Autre talent solo intéressant : E-Li Drake. Assez "goofy" dans une attiraille kitsch de He-Man, l'ex-collègue de Brian Cage est cependant bourré de qualités. Plutôt performant sur le ring, très charismatique et surdoué au micro, Eli Drake est la version "heel" de l'éloquent "face" qu'est Mr.Anderson - lequel pourrait sûrement bien aidé sa carrière solo en 2016. Si il ne fait pas cavalier seul, une place chez les potentiels Kings of Everything (avec Jessie, EC3 transitoirement et pourquoi pas Mike Bennett ... à lire plus bas) serait sans doute divertissant.

http://www.wrestlingnewsworld.com/2012/wordpress/wp-content/uploads/2015/08/andrews1.jpgDu côté de la X-Division, la TNA doit vraiment penser à bichonner le populaire ex-"bro" DJZ et le futur top-"babyface" de la X-Division, Mandrews. Ce dernier, comme on l'a vu cette année à la PROGRESS et la PWG, a vraiment des capacités in-ring exceptionnelles. En plus de quoi, un charisme loin d'être absent et une personnalité (un peu "rockeur" avec son groupe) bien présente. Dixie Carter avait fait le bon choix lors de British Boot-Camp 2, elle doit continuer à faire le bon choix en lui octroyant un "push" en 2016 !

Quant à la division par équipe, si elle sera sûrement une nouvelle fois supportée par The Wolves (avec une pause, comme escomptée plus haut), elle pourrait bénificier non seulement d'un duo comme EY & Bram, mais aussi d'une team comme celle de Andrew Everrett (ayant fait sensation à ses débuts à Bound For Glory 2015) et Trevor Lee (recruté après son passage du côté de la GFW, en partenariat avec Brian Myers). Tous les deux étant affiliés à l'OMEGA des Hardy Boyz pourraient former la "Team OMEGA" et être soutenus à l'écran par Matt & Jeff, afin de les légitimer aux yeux des fans.

Enfin, point qui n'a jusque là pas été abordée : il faut absolument que la TNA trouve LA successeuse de Gail Kim au sommet de la Knockouts Division ! Brooke parti, Velvet Sky trop peu talentueuse et Awesome Kong sur le départ aussi, Impact Wrestling va vraiment avoir besoin très vite d'une leadeuse. Si Gail Kim est encore tout à fait capable de tenir la route, Madison Rayne est bien plus utile du côté "heel" et Rebel est encore bien trop "green". Ainsi, avec la nouvelle du retour de Taryn Terrell (qui a, entre temps, "trouvé Dieu"), peut-être va-t-elle s'éloigner des agissements provocateurs et manipulateurs de sa Doll House, s'opposant au duo au fort potentiel de Jade & Marti Belle. Après quoi, il faudra tout de même trouvé une option valable sur le long terme : une Candice LeRae serait en cela le choix parfait ...

♦ Priorité Tertiaire : Les vétérans à ne pas oublier et à utiliser comme il se doit !

http://www.impactwrestling.com/media/k2/galleries/6080/IMG_8934.jpgSi la priorité des priorités doit être donné aux jeunes en 2016, la TNA ne doit surtout pas faire l'erreur d'oublier le reste de ses talents, plus expérimentés. De Lashley à Eric Young, en passant par Bobby Roode et Gail Kim, chacun doit resté crédible et légitime dans ses positions respectives tout en se sacrifiant pour valider la nouvelle génération quand il se doit.

Ainsi, Bobby Roode ne doit pas être perdu dans les limbes de la mid-card, sa ceinture KOTM à l'épaule, et mérite de faire face à Drew Galloway en Main-Event potentiel de Slammiversary XIV. De même pour Gail Kim chez les Knockouts ou Lashley, le gagnant originellement prévu pour ces World Title Series, qui ne cesse d'accroître sa côté de popularité dans l'univers du MMA avec ses victoires à la Bellator et dont la condition physique est toujours au top. Pareillement pour Eric Young, qui ne doit pas quitter cet apogée carrièral qu'il a attend en 2015. Quant à Mr. Anderson, Tigre Uno (maintenant crédibilisé par un règne plutôt satisfaisant et compétitif) ou encore Abyss, ils doivent être utilisés à bon escient pour permettre à des Eli Drake et autres Robbie E de s'élever.

♦ Cas particuliers

4 cas sont encore à débattre ici : celui de l'indien Mahabali Shera, de l'écossais Grado, du bientôt retraité Kurt Angle et des peut-êtres nouveaux venus Mike Bennett & Maria Kannelis.

Les premiers ne doivent en aucun cas être placés à la même hauteur hiérarchique que tous les noms cités au-dessus, mais sont d'une utilité sporadique à ne pas sur-estimée. D'un côté, Shera (comme l'a compris, un peu exagéremment, la TNA en 2015) peut servir à consolider l'expansion sur le marché indien. De l'autre, Grado - le nouveau champion du Monde de l'ICW - est un personnage ultra-populaire en Grande-Bretagne et ne doit pas être utilisé à la légère lors des tournées britanniques.

Puis, concernant le couple "heel" en provenance de la Ring of Honor, si la rumeur de son début en janvier s'avérait correcte, il pourrait occuper une place unique dans le roster. Jeunes, charismatiques et doués au micro, Bennett & Maria peuvent incarner le couple princier (pourquoi pas à la tête des Kings of Everything, une fois EC3 rejeté) que jouent si bien - avec une gimmick différente certes - Mil Muertes & Catrina dans Lucha Underground. Si cantonnée hors des rings, Maria pourrait devenir un atout de poids à la manière de Lana à la WWE et, par association, apportée une belle popularité à son compagnon.

Pour finir, Kurt Angle doit être utilisé le mieux possible dans le peu de temps qui lui reste entre les cordes. Mais attention à ne pas tomber le piège de la nostalgie, comme si souvent la TNA l'a rencontré : Angle, aussi respectable, respecté et talentueux il est, ne doit pas s'approcher du championnat du Monde poids-lourd (lequel il a déjà reçu l'an dernier) avant sa retraite ! Sa tournée d'adieu, il doit la passer à donner l'un de leurs meilleurs matches à des jeunes comme Drew Galloway, Jessie Godderz ou Eli Drake et à attirer les fans avec des rematches au fort "big fight feel" comme Bobby Roode, Lashley ou EC3.

 

TNA Impact Wrestling