Back To The Past #10 : WWE Summerslam 2002

* Vous pouvez retrouver la page Facebook de Back To The Past ici : https://www.facebook.com/BTTPThealt *

 

Bonjour à tous et bonne année ! C'est ainsi que nous nous retrouvons pour le dixième numéro de Back To The Past. Pour les nouveaux lecteurs, le but de cette chronique est d'analyser des Pay-Per-Views (PPV) de catch, toutes époques et toutes fédérations confondues. Après avoir quitté la WWE pendant un certain nombre de numéros nous y retournons pour parler de Summerslam 2002.

A propos du PPV

Afficher l'image d'origineSummerslam 2002 s'est déroulé le 25 Août 2002 dans le Nassau Coliseum de Uniondale dans l'état de New-York. Il s'agit de la 15ème édition de cet événement, Summerslam étant une des grandes traditions du calendrier de la WWE depuis 1988. Il fait en effet partie du « Big Four » de la WWE , accompagné des très célèbres Royal Rumble, WrestleMania et Survivor Series. Aujourd'hui encore, la tradition du SummerSlam se perpétue d'années en années. Nous étions également en pleine période de la «  Brand Extension » qui voyait Raw faire face à Smackdown. Ce PPV regroupait les deux branches de la WWE. En terme d'affluence, ce show a attiré 14 797 personnes dans une salle comble. Selon le commentateur Michael Cole, toutes les places ont été vendues en 90 minutes seulement. Le show a également attiré 540 000 acheteurs pour ce qui est des vidéos à la demande.

Avant de passer au vif du sujet et de développer un peu plus à propos de ce show, regardons les résultats de cet événement :

 

- Kurt Angle b. Rey Mysterio

- Ric Flair b. Chris Jericho

- Edge b. Eddie Guerrero

- The Un-Americans ( Lance Storm & Christian ) © b. Booker T & Goldust
- Rob Van Dam b. Chris Benoit © et devient nouveau champion Intercontinental.

- The Undertaker b. Test

- Shawn Michaels b. Triple H dans un Unsanctioned Match

- Brock Lesnar b. The Rock © et devient nouveau champion de la WWE.
 

Summerslam 2002 est considéré comme un des meilleurs PPV de l'histoire de la WWE. Nous allons voir tout de suite si ces affirmations sont justifiées.

Le match par match

L'événement le plus attendu de l'été s'ouvre avec un match opposant Kurt Angle face à Rey Mysterio. Ce premier affrontement de la soirée était une excellente manière d'ouvrir cet événement. Déjà tout d'abord parce que l'affiche en elle même est excellente et que le match l'a également été. Effectivement, la bataille fut rude entre les deux compétiteurs. Le match constituait une belle opposition de style entre un Kurt Angle très technique et un Rey Mysterio très rapide tel qu'on le connaît. Alors que ' The Olympic Gold Medalist ' tentait de temporiser le rythme de la rencontre, Rey Mysterio nous apportait cette dose d'adrénaline dont nous sommes tous férus. Une fois lancé, il semblait difficile de stopper le ' Luchador '. Nous avons d'ailleurs bien cru à sa victoire au moment ou il plaça son 619, mais Kurt Angle a su se dégager au dernier moment, de quoi nous faire sursauter de plaisir. Ce match était une grande réussite et un excellent moyen de débuter la soirée.

 

Le match suivant opposait Ric Flair face à Chris Jericho. Petite anecdote, il s'agissait de la toute première apparition de Ric Flair à un Summerslam, aussi surprenant que cela puisse paraître.

Passons maintenant à l'affrontement en lui même. Le match était plutôt correct dans son ensemble. Il était ni bon ni mauvais. Il n'y a pas grand-chose à dire à propos de ce match , si ce n'est que la construction était convenable. Cela aura cependant suffi pour conserver l'élan positif que le premier match nous avait donné.
 

Nous continuons la soirée avec le match opposant Edge face à Eddie Guerrero. Ce dernier était jaloux de la popularité grandissante de son adversaire, ce qui nous mena à un affrontement lors de Summerslam 2002.

Ce match était plutôt bon dans son ensemble. Chaque lutteur à eu l'occasion de s'exprimer. Le « work » autour du bras d'Edge était intéressant. En effet son adversaire avait profité d'une mauvaise chute du Canadien pour entamer un travail sur son bras. Le suspens était de mise, jusqu’à ce que Edge ne sorte un « Spear » sorti de nulle part pour remporter la victoire. Le show se poursuit donc d'une bonne manière.

 

Le match qui suivait opposait The Un-Americans, équipe composée de Lance Storm et Christian – alors champions par équipe – face à Booker T et Goldust. Les titres par équipe étaient en jeu.

Cet affrontement était un très bon match par équipe, très divertissant et ponctué de moments forts. Forcément qui dit groupe  « heel » champion en la personne de The Un-Americans dit controverse. Et cette bataille n'en a pas manqué. Mais c'est le genre de matchs qu'on apprécie beaucoup, avec des retournements de situations des interventions, des coups sur l'arbitre plus ou moins impromptus … On a d'ailleurs bien cru qu'on allait avoir de nouveaux champions mais l'intervention du troisième Un-American en la personne de Test – que l'on retrouvera un peu plus tard – a permis à ses acolytes de conserver les titres in-extremis au terme d'un match très divertissant.
 

Nous continuons cette belle soirée avec un match opposant Rob Van Dam face à Chris Benoit, le champion Intercontinental. Il est important de préciser ici que Chris Benoit appartenait à Smackdown et Rob Van Dam à Raw. Le gagnant allait donc conserver ou rapporter le titre intercontinental dans son show.

Il faut également souligner l'affiche de rêve que ce match nous propose. Pour un match de milieu de carte, ne bénéficiant normalement pas du même temps accordé aux « Main Events », ce match était assez long, le deuxième plus long de la soirée même. Quant à sa qualité, l'affrontement entre ces deux excellents catcheurs n'a pas été décevant. Bien au contraire il s'est avéré être très satisfaisant. Cela ressemblait en quelque sorte à un match d'échecs. Le champion tentait en effet de priver Rob Van Dam de ses prises aériennes et de ses accélérations, tout en l'affaiblissant. Cela se ressentait notamment de par la difficulté pour ' RVD ' de placer son « Rolling Thunder » sur son adversaire. Le match fut également ponctué de jolies passes d'armes et enchaînements entre les deux superstars mais c'est Rob Van Dam qui a réussi à ramener le titre Intercontinental à Raw grâce à son « Five Star Frog Splash » salvateur.

Nous continuons ainsi la soirée avec le match opposant l'Undertaker face à Test. Ce dernier faisant partie du groupe des Un-Americans, il en fallait peu pour titiller l'homme qui se faisait appeler ' The American Badass ' à l'époque : The Undertaker, un homme très patriote.

Le match entre les 2 géants était convenable. Nous pouvions redouter que le match soit très moyen car nous savons que quand deux géants s'affrontent ce n'est pas toujours de très bon augure. Finalement le match était convenable comme déjà dit plus haut. Non pas pour sa qualité in-ring mais pour son ensemble plaisant, notamment la fin qui a su clore le match sur un moment fort. Sans ça le match aurait sans doute été bien moins correct que ce qu'il était.

 

Nous passons maintenant au match que tout le monde attendait : Triple H affrontait Shawn Michaels – son ancien partenaire et meilleur ami – dans un Unsanctioned Match. Il s'agit d'un match non pris en charge par la WWE, un match non-officiel. Quoi qu'il se passe, la WWE ne sera responsable de rien en ce qui concerne les aboutissants de la rencontre. C'est un cas de figure extrêmement rare dans cette fédération. A part ce match en question, il y a eu qu'un seul autre match « non sanctionné » par la WWE. Il opposait Shawn Michaels face à Chris Jericho lors de Unforgiven 2008. Rappelons maintenant les événements qui nous ont menés à cet affrontement pourtant réservé aux pires ennemis.
 

En 1997 la faction que nous connaissons tous, D-Generation X, vit le jour crée par ses membres originaux Triple H et Shawn Michaels. Tout fonctionnait pour le mieux. Les deux hommes semblaient inséparables, proches comme des frères.

Malheureusement des problèmes de dos écartèrent Shawn Michaels des rings pendant un très long moment. Son dernier match remonta à Wrestlemania 14 en 1998 face à Stone Cold Steve Austin. D'ailleurs, Shawn Michaels dut combattre avec un dos gravement blessé ce jour là. Après cela, on ne le vit plus pendant environ 4 ans. De son côté Triple H continua sa carrière et devint champion du monde à plusieurs reprises.

Faisons une avance rapide jusqu'en 2002. L'année où Shawn Michaels fit son retour au plus grand plaisir de Triple H. Tout portait à croire à une réunion de DX. Malheureusement, Triple H en décida autrement et il porta un «  Pedigree » sur son acolyte Shawn Michaels lors d'un épisode de Raw à la plus grande stupeur du public.

Triple H assura ensuite qu'ils n'ont jamais été amis. En réalité, « The Game » s'était servi de son ami pour atteindre les sommets de la WWE tout comme Shawn Michaels l'avait fait pour rester au sommet à l'époque de DX en 1997 selon lui.

Plus tard Triple H découvrit Shawn Michaels inerte dans le parking, le visage tout ensanglanté lors d'une édition de Raw. Malgré ses agissements envers son ancien ami, il semblait inquiet et se demandait qui avait bien pu attaquer « HBK » de la sorte. Triple H jura que ce n'était pas lui qui avait fait le coup. Mais la vidéo surveillance prouva très rapidement le contraire. Shawn Michaels – bien évidemment très remonté – proposa un match à Triple H pour Summerslam 2002, soit 4 ans après son dernier match à la WWE. Une bataille sans merci s'en suivi entre les deux les semaines suivantes jusqu'au tant attendu match lors de Summerslam 2002.

Cette longue, mais pas moins importante rétrospective étant terminée nous pouvons parler de ce qui s'est passé ce soir là.

Et c'est la toute la force de la WWE, la où l'on de peut pas nier leur talent. Ils savent parfaitement promouvoir leur matchs avec leurs petits clips promotionnels diffusés avant chaque match important. Et celui-là en particulier est vraiment grandiose. Tout en racontant l'histoire qui lie les protagonistes, une excitation furieuse nous prend de voir enfin le match tant attendu. Des frissons traversent notre corps et ça y est ; le match débute vraiment.

 

Donc que valait cet affrontement en question alors ? Et bien c'était le meilleur match de la soirée sans aucun doute, tant le match était exceptionnel. Autant au niveau des prouesses sportives, du divertissement amené par le match, par l'ambiance ou par l'histoire racontée par les deux hommes à travers cette guerre. Tout était vraiment parfait. Bien évidemment Triple H ciblait le dos de son adversaire avec des attaques plus dévastatrices les unes des autres. On souffrait même à la place de Shawn Michaels. Mais lorsque ce dernier a réussi à revenir dans le combat, il fit passer un sale quart d'heure à son adversaire avec des mouvements violents ; laissant Triple H complètement en sang. Impossible de décrocher nos yeux de l'écran, tant nous étions concentrés sur le match. Impossible de ne pas vibrer à la suite de chaque dégagement de chacun, pensant à chaque fois que le match était fini. Le match s'est terminé de la meilleure des manières possibles : par un «  Roll Up » qui donna la victoire à Shawn Michaels à la suite d'une passe d'arme de finishers contrés au bout du suspens. L'après match lui aussi se veut être très satisfaisant, montrant un Triple H très frustré et impitoyable fracassant le dos de Shawn Michaels avec sa masse préférée tel un bourreau, laissant ainsi une place à une éventuelle suite entre ces deux hommes.

Quelques mois plus tard, Shawn Michaels se vengea de Triple H en lui subtilisant son titre de champion du monde lors du tout premier Elimination Chamber de l'histoire lors des Survivor Series 2002.

La rivalité dura très longtemps puisqu'elle s'est étendue sur deux années. Finalement DX se reforma en 2006 pour venir à bout d'un tyrannique Vince Mcmahon qui menait à mal à la fois Triple H et Shawn Michaels.

 

Nous passons maintenant au Main Event de la soirée qui opposait le champion de la WWE The Rock face à son challenger Brock Lesnar.

Lors du King Of The Ring 2002, Brock Lesnar a obtenu le droit d'affronter le champion en gagnant le tournoi éponyme. Il a donc eu l'opportunité de devenir le plus jeune champion du monde de l'histoire si il venait à battre The Rock lors du Summerslam 2002.

Ce dernier match de la soirée était un très bon match, doté d'un rythme plutôt rapide. C'était un match très compliqué pour The Rock, devant jongler entre le monstre qu'il avait face à lui et entre les interventions récurrentes de Paul Heyman. Le match était d'ailleurs très agité de par les interventions du manager de Lesnar. Une fois que The Rock à réussi à s'en débarrasser grâce à un « Rock Bottom » surpuissant à travers la table des annonceurs, le match est devenu plus équitable. Celui-ci n'aura pas manqué de nous faire bondir de par ses « nearfalls » et ses échanges de prises de finitions assez surprenants. Finalement c'est Brock Lesnar qui empoche la victoire au terme un enchaînement excellent qui clos le match de la meilleure des manières.

Conclusions

The Rock and Brock Lesnar warred over the WWE Undisputed Championship, with Lesnar coming out on top.Ce Summerslam 2002 était un excellent PPV et ce du début jusqu’à la fin. Le show a su rester constant dans toute sa durée, pour finir sur le feu d'artifice que représente le match entre les anciens membres de D-Generation X. C'est donc un sans faute pour cet événement.

Voilà, c'est tout pour cette dixième édition de Back To The Past. On se donne rendez-vous le mois prochain pour une nouvelle analyse surprise.

Catch WWE