EXCLU : Interview de Sturry & Ludivine de "C'est ça le catch"

Cclc

Après une arrivée prometteuse à la Fédération Française de Catch Professionnel (FFCP), Philippe 'Sturry' Marciniak l'a quitté aussi vite à la suite d'une nouvelle controverse signée Marc Mercier, le patron de la FFCP. Créateur de la chaîne YouTube qui monte dans le milieu du catch français, "C'est ça le catch", il est aussi l'animateur de l'émission radio éponyme - en compagnie de sa partenaire, Ludivine. The Alt les a interviewé tous les deux pour quelques questions :

(Vous pouvez aller sur leur chaîne YouTube et leur web radio, en cliquant sur les liens proposés)

 

Kermit Splash (Cesaro Guy) : Comment as-tu découvert le catch ?

Ludivine : Pour ma part, ma découverte du catch s'est déroulée en deux phases. Plus jeune je regardais le catch sur Canal + avec ma famille, et puis j'ai fini par complètement l'oublier. Ce n'est qu'en 2007 (avec la vague catch sur NT1) que je l'ai redécouvert et ça m'a fait comme un flash. Je regarde aussi ce qu'il se fait au niveau du catch français.

Sturry : C'est avec mon père que j'ai partagé mes premières heures de fan de catch. A l'époque, il était diffusé sur Canal + et c'est vite devenu pour moi un rendez-vous immanquable. Je devais avoir 12 ans quand je regardais des mecs comme Dean Malenko, Eddie Guerrero et Chris Jericho à la WCW. Par la suite, avec l'arrivée d'Internet, j'ai fait la connaissance d'autres fans et j'ai ainsi découvert tout un tas d'autres styles de catch à travers le monde (Japon, Angleterre, etc...). Aujourd'hui la flamme est toujours présente !

 

Quelles sont ta fédération US et ta fédération française favorites ?

Ludivine : Aux États-Unis, c'est sans aucun doute la PWG. C'est pour moi la meilleure fédé indy au monde. Elle arrive toujours à me surprendre et les performances des athlètes sont impressionnantes. En France, je dirais Ouest Catch car [les promoteurs] cherchent sans cesse à produire des shows de qualité.

Sturry : Jusqu'en 2014, j'étais très fan de ce que faisait la Tiger Pro Wrestling. Il y avait un aspect plus combatif dans les matchs. A l'heure actuelle, comme Ludivine, je dirais Ouest Catch. Ils ont de très bons tauliers pour produire les shows.

 

Quels sont tes lutteurs favoris ?

Ludivine : J'ai un peu de mal à me focaliser sur un lutteur en particulier, j'ai d'autres centres d'intérêt en dehors du catch. Pour en choisir un seul, je vais répondre Ricochet [aka Prince Puma à la Lucha Underground]. J'adore son in-ring... et aussi son physique, mais je déteste son masque à LU.

Sturry : Je ne vais pas en citer un seul, mais plutôt trois. Le premier serait Dean Malenko. C'est un excellent technicien et j'adore ce style de lutte. Le second peut faire sourire, mais j'aime beaucoup ce que fait Colt Cabana. Il a un côté fun et très polyvalent que j'admire. Le dernier, ce sera Ric Flair. A mon sens, il a révolutionné le monde du catch par son charisme. Je dis souvent de Flair qu'il « pue le charisme ».

 

Si je te dis « légende » ?

Ludivine : Le lutteur qui me vient directement à l'esprit c'est Bret Hart. Je trouve qu'il a un air touchant et j'aime le côté « familial » chez les Hart.

Sturry : Pour moi ce sera Ric Flair, pour son charisme, son in-ring, les Four Horsemen et encore un tas d'autres raisons.

 

Quelle est ta rivalité favorite ?

Ludivine : C'est une rivalité qui a eu lieu sur le circuit indy (et qui continue aujourd'hui encore à la WWE) entre Kevin Steen (Kevin Owens) et El Generico (Sami Zayn). Je suis moins fan de Steen vs Owens, mais je trouve que El Generico vs Zayn est juste hallucinant.

Sturry : Whoua ! Il y en a vraiment beaucoup. Je vais en donner trois qui « balayent » plusieurs générations. La plus récente est sans conteste la rivalité entre CM Punk et John Cena. On avait l'opposition parfaite entre l'anti-système et la star incontestée. Punk était l'équivalent de SCSA [Stone Cold Steve Austin ; ndlr] et Cena jouait le jeu à fond (pour moi c'est le meilleur lutteur des années 2000s). J'aurais voulu que cette rivalité s'achève à WrestleMania.

En faisant un petit saut dans le passé je peux citer la rivalité entre HBK et Jericho. Les deux étaient souvent comparés à distance et leur premier affrontement à 'Mania était énorme à voir.

Encore plus loin dans le passé, il y a la « feud » entre Jerry Lawler et Andy Kaufman.

 

♦  EXCLU : Interview avec Hellmer Lo'Guennec (APC)  ♦

 

Si tu devais retenir un seul moment du catch et en oublier un autre ?

Sturry : Mon moment à retenir serait sans hésiter la victoire de Lesnar à WrestleMania 30. Pendant plus de 20 ans, l'Undertaker aura écrit l'Histoire de ce PPV et au terme de son combat, on aura eu une émotion énorme pour un seul moment. Les fans ne s'y attendaient pas.

Il y a une affaire qui me dérange beaucoup dans ce sport, celle de Chris Benoit. Le mec était très doué et il aura fait beaucoup pour ce business, mais ses actes ont mis une claque à « l'industrie » du catch. C'est pourquoi j'aimerais oublier ce passage de l'histoire.

Ludivine : Il y a de cela quelques années, il y a un segment qui m'a beaucoup plus. C'était les débuts de la Nexus à RAW. Pour moi, ils étaient sept rebelles qui en voulaient ! Maintenant NXT n'a plus rien à voir avec ce qui se faisait à l'époque.

Ce que j'aimerais retirer de ma mémoire ce serait les Divas d'il y a plusieurs années. Je parle du temps où elles faisaient des combats en bikini, des chatouilles et des bains de boues entre elles. Je trouve ça frustrant pour les lutteuses et le pire c'est que le public attendait vraiment ça.

 

https://pbs.twimg.com/profile_images/703936264987398144/qhO8Kkw-.jpgPlutôt action physique ou verbale ?

Ludivine : Je vais faire simple, si je veux de l'action je regarde la PWG et si je veux voir des moments au micro je regarde la WWE.

Sturry : Je vais répondre comme Ludivine. En ce moment on ne regarde pas RAW pour le catch, mais pour le déroulement des « storylines ». A la PWG, c'est le in-ring qui est largement mis en avant.

 

Quel ton dernier grand moment d'émotion en lien avec le catch ?

Sturry : Le discours de Daniel Bryan, ce mec est un vrai passionné et tout le monde l'a ressenti.

Ludivine : Également le discours de Bryan. En seulement 5 ans, il aura remporté toutes les ceintures de la WWE (sauf celle des Divas évidemment), c'est juste incroyable.

 

Quelles sont les prises de catch que tu adores, mais que d'autres n'aiment pas du tout ?

Ludivine : J'adore les prises flashy qui ne servent à rien.

Sturry : Pour le coup il y a une prise que j'aime bien, mais que personne ne trouve crédible. C'est le coup de pouce [Samoa Spike ; ndlr] du regretté Umaga. Je trouve qu'il colle très bien à son personnage.

 

Quelle est pour toi la meilleure musique d'entrée de tous les temps ?

Ludivine : Déjà je trouve que les thèmes musicaux de la WWE sont en général bons. J'aime beaucoup celui de Edge (« Metalingus » de Alter Bridge) mais j'aime encore plus le thème de l'Evolution, car je suis une grande fan de Motorhead.

Sturry : Pour moi ce sera le premier thème de Shawn Michaels. J'aime aussi celui du 'Taker et plus récemment celui d'Asuka. Ces thèmes collent parfaitement aux personnages.

 

Que penses tu du catch par équipe ?

Ludivine : J'aime bien, les matchs sont souvent cool et bien construit. Par contre, je préfère quand il y a un équilibre entre les deux co-équipiers.

Sturry : Je suis un grand fan des Tag Team matches et je trouve que les titres ne sont pas suffisamment valorisés, ce qui est vraiment dommage. Tully Blanchard/Arn Anderson et The Rockers sont mes équipes favorites.

 

Comment qualifierais tu un mauvais fan de catch ?

Sturry : Je ne sais pas si avec le temps je suis devenu un « mauvais » fan de catch. Après tant d'années à regarder ce sport je suis devenu très analyste. Est-ce qu'un « smart fan » est un bon fan ? Je ne suis pas sûr.

Ludivine : Ce serait quelqu'un qui « ne fait pas vivre le catch ». Je vais m'arrêter là, car je n'aime pas trop émettre un jugement.

 

D’où vient le CCLC (C'est Ça Le Catch) ?

Sturry : Je dirais que c'est venu de mes nombreux trajets en tant que catcheur et c'est vite devenu un réflexe pour moi de dire ça, c'était une sorte de running gag. L'avantage c'est que l'on peut le ressortir à n'importe quel moment quand on parle de catch avec d'autres personnes.

 

Comment vous est venue l'envie de faire de la radio ?

Ludivine : Le patron de Radio Banquise et Rudy (le 3e membre de l'équipe de CCLC FM) donnaient des infos et l'actualité en lien avec le catch. Nous avons reçu une invitation de catch FM et durant la même période où N'Catch était en déclin.

Sturry : Le format audio est excellent et j'adore ce que faisait Norbert Feuillan avec la FHCA (Folle Histoire du Catch Américain) c'est le premier français à avoir fait des podcasts sur le catch. Par la suite, Rudy est venu nous proposer une nouvelle émission sur les ondes consacrée au catch. Nous étions donc deux hommes, puis Ludivine est venue rejoindre l'équipe. Elle interagit avec les auditeurs sur Twitter et nous apportes un regard féminin sur le catch, ce qui crée une certaine diversité. L'émission a eu du mal à démarrer, car nous n'avions pas les techniques pour faire de la radio. Le programme monte progressivement , car nous y mettons beaucoup d 'énergie (nous devons suivre beaucoup de shows) et grâce à la radio nous avons une diffusion plus large. A l'heure actuelle nous sommes les seuls sur les ondes FM à parler de catch.

Catch Français