Top 10 Storylines : (#6) L'implosion progressive des Mega-Powers

Durant le premier grand boom de l'Histoire de la WWF/E à l'apogée de son expansion nationale et internationale, le produit télévisuel qu'elle servait se basait sur des trames scénaristes très proches des codes des grands soap-opéras américains – installant le papier carbone du « sports entertainment » en devenir. Et aucun autre scénario présenté dans cette période fructueuse n'aura plus utiliser et exploiter à bon escient ces codes que celle de la saga triangulaire entre Randy Savage, Hulk Hogan et Miss Elizabeth.

 

Par opposition au machiavélisme de Ted DiBiase et par association à la réputation héroïque de son nouveau soutien (un peu trop égocentrique d'ailleurs) Hulk Hogan, 'Macho Man' Randy Savage était devenu « face » et nouveau favori du public le soir de WrestleMania IV, remportant avec tout cela le titre de champion du Monde de la WWF/E (à la place de DiBiase, l'élu initial pour cette tâche, en passant).

Utilisant cette belle soirée à la Trump Plaza comme point d'ancrage, le duo invincible des Mega-Powers était formé. Unissant l'hyper charismatique 'Hulkster' au supra-talentueux et excentrique Savage, toujours en compagnie de la belle et douce Elizabeth, cette association semblait imbattable, inarrêtable et inébranlable.

 

https://joemontanasrightarm.files.wordpress.com/2011/02/mega-powers.jpgMunis d'une telle popularité, les Mega-Powers menaient ainsi le lancement du quatrième et dernier grand Pay-Per-View du « big four » de la programmation annuelle payante de l'empire de Vince McMahon, SummerSlam 1988 – premier du genre, attirant un excellent chiffre de 400 000 « PPV buys ».

Grands vainqueurs de l'alliance terrible des Mega-Bucks, entre le 'Million-Dollar Man' et André Le Géant de la Heenan Family, Hogan & Savage étaient à l'apogée de leur succès ensemble. Mais l'apogée passée, pouvait-il encore coexister longtemps ainsi ?

 

Enchaînant les succès en duo, le règne solo du 'Macho Man' était petit à petit mis sur le bas côté – mais avec cela la méfiance de Savage en Hogan (qui l'avait éliminé accidentellement du deuxième annuel Royal Rumble Match) grandissait. Il avait été un « bad guy » avant tant de réussite honnête, aussi savait-il quel double jeu Hogan pouvait peut-être lui jouer avant de lui piquer son trône … Puis, la méfiance laissa la place à la paranoïa et à une immense jalousie protectrice : suite à un Tag Match d'une grande intensité dont Liz' subit les dommages collatéraux, Hogan s'empressa d'abandonner Randy pour l'amener à l'infirmerie.

Furieux, Savage termina le combat avant de rejoindre son partenaire, le surprenant auprès de sa femme. Lui qui (pensait-il) voulait lui piquer sa ceinture, lui piquait même sa femme ! Victime d'un immense quiproquo, Hogan devint rapidement la victime d'un assaut violence d'un enflammé 'Macho Man'. L'amitié fragile et le partenariat tumultueux étaient définitivement brisés.

 

 

Comme l'Histoire l'a admirablement bien retenu, l'explosion finale des Mega-Powers eut lieu à WrestleMania V, un an après leur première association au même endroit. Là, Randy Savage faillit devant son challenger Hulk Hogan, lui octroyant son deuxième titre de champion du Monde de la WWF/E dans l'un des meilleurs matches de sa carrière – et un record de ventes de Pay-Per-Views, tenu intact jusqu'à WrestleMania XV.

Suite à cet arc narratif des plus massifs et dramatiques, Hogan resta fidèle à lui-même aussi bien à l'écran qu'en coulisses en amont du dernier grand succès de l'Hulkamania Era (WrestleMania VI et son grand « Title-for-Title » Match), et il faudra attendre WrestleMania VII pour revoir Liz' et Savage une nouvelle fois ensemble à l'écran.