Il était une fois au Japon : La Joshi Puroresu

La 'Joshi Puroresu' désigne le catch féminin japonais, en japonais 'joshi' signifie femme et 'puroresu' signifie catch. La 'Joshi Puroresu' n'est pas tellement différent de son équivalent masculin tout deux vue comme un sport par les fans et les pratiquants, les catcheuses doivent être capables de fournir des matchs de qualité pouvant rivaliser avec ceux donner par des hommes afin de pouvoir être reconnu, représenter leur fédération et devenir championne. Cet article à pour but de vous faire découvrir ou redécouvrir la 'Joshi Puroresu' et de vous donnez des pistes pour vous lancez dans cette partie un peu spécial de la 'Puroresu'.

En tant que fan de catch américain 'Mainstream' (comprenez ici WWE voir TNA), la première chose qui peut vous troublez et qu'il n'y a pas de 'Joshi Puroresu' dans les fédérations masculins tel que la New Japan Pro-Wrestling, effectivement le catch féminin se pratique dans des fédérations différentes de celles des hommes, excepté quelques fédérations, comme la Frontier Martial-Arts Wrestling (fédération de catch hardcore qui inspirera la ECW de Paul Heyman) qui avait une division féminine. Un autre élément qui changera du catch américain étant que la 'Joshi Puroresu' le contenu 'in-ring' compte plus que tout le reste, ce n'est pas le physique des catcheuses qui est mis en avant ni le travail au micro qui est réduit au minimum, les catcheuses montrent leurs valeurs sur le ring mais ne s'en vante pas pendant des heures. Les fins des matchs sont souvent 'clean' c'est à dire pas d'interventions, de disqualifications, ou de victoire par décompte à l'extérieur, la plupart finissent en tombé ou en soumission, même la distinction entre une 'heel' et une 'face' n'est pas toujours très claire, chaque fan encourage celle qu'il veut voir gagné, bien que les 'gaijins' sont encore une exception souvent perçu comme 'heel' elles affrontent une japonaise qui representent la fédération (ce n'est pas toujours le cas, par exemple Kellie Skater une catcheuse Australienne est populaire au Japon). Le public japonais est lui très calme par rapport au public américain, pas de chant 'Holy Shit' ou 'This is Awesome' juste des applaudissements respectueux après de belle actions, ce qui est la conséquence de la différence de perception du catch au Japon et en occident.

Dans la 'Joshi Puroresu' il existe de nombreux style différents, les catcheuses adaptent leur style à leur corpulence ou leur passé sportif, par exemple Aja Kong qui pèse environ 100kg utilise un style dominant de 'powerhouse' portant les autres catcheuses et les détruit à l'aide d'attaques puissantes, Syuri (qui met le coup de pied sur la photo ci-dessus) est en parrallèle de sa carrière de catcheuse, une Kick-boxeuse (toujours invaincu) elle utilise un style proche des arts-martiaux, Kana (qui reçois le coup de pied sur la photo ci-dessus) utilise un style proche du 'shoot-style' (ou les coups ne sont pas retenu du tout), elles n'ont rien à envier à Shinsuke Nakamura ou KENTA (Hideo Itami à NXT) sur la violence de leurs coups de pieds et leur combat sont parmis les plus populaires. A l'inverse Io Shirai utilise la 'Lucharesu' (mot valise entre 'Lucha Libre', le style mexicain et 'Puroresu' le style japonais créer par Gran Hamada), Hikaru Shida est plutôt portée sur la technique, Mariko Yoshida utilise un style très proche du MMA etc. Il existe autant de style différent que chez les hommes. Mais le style standard est un mélange de catch technique, de 'high flying' avec des éléments d'arts martiaux, inventé par Jaguar Yokota au début des années 80, le style à été perfectionné pour devenir ce qu'il est aujourd'hui. Les catcheuses japonaises disposent de plus de temps que les catcheuses américaines sur le ring, les matchs durant parfois pendant une heure, rarement plus car au Japon, il existe, également pour le catch masculin, une limite de temps (généralement elle est de une heure pour les 'Main Event', de trente minute pour le milieu de la carte, et de quinze, dix parfois même cinq minutes pour les premiers matchs d'un show). De plus il n'est pas rares que les catcheuses réalisent des prises puissantes et dangereuses, partent dans un 'brawl' ou deviennent 'hardcore'. Tout ces éléments font qu'il est déstabilisant voir choquant de regarder de la 'Joshi Puroresu' pour la première fois, voir des femmes ou des jeunes filles (en général les catcheuses japonaises débutent leur carrière entre 15 et 20 ans) saigné abondamment, se battre à coup de chaise, prendre des risques ou être 'stiff' envers l'adversaire ne sont pas quelques choses de commun dans le catch féminin américain, Les catcheuses n'ont pas de traitement de faveur, par exemple à la FMW elles aussi devaient s'affronter dans des matchs contenant du fils barbelés et des explosions ou se retrouver dans des cages. Pour faire plus simple au Japon, elles sont simplement considéré comme des catcheuses à part entière que ce soit par les fans, par les 'bookers' et promoteurs ou par leurs collègues masculins, il arrive également que les catcheuses affrontent des hommes que ce soit dans des matchs comiques (Mio Shirai à la DDT), ou plus sérieux (Kana a affronter de nombreux hommes durant son passage à la SMASH tel que Fit Finlay, Shoichi Funaki ou Yoshihiro Tajiri tout les trois passé par la WWE), parfois elles arrivent même à gagner le match.

L'histoire de la Joshi Puroresu

La 'Joshi Puroresu' est importé des États-Unis au milieu des années 50, mais il faut attendre 1968 pour voir la première fédération de 'Joshi Puroresu', la All Japan Women's Pro-Wrestling (surnommé Zenjo car son nom japonais est Zen Nihon Joshi Puroresu). La Zenjo popularise le catch féminin au près des jeunes filles dès les années 70 avec la popularité de Jackie Sato et de Maki Ueada une équipe du nom de 'The Beauty Pairs'. Mais la Zenjo à pour règle d'or que les catcheuses doivent se retirer tôt (aux alentours de 26 ans). 'The Beauty Pairs' est remplaçé par Jaguar Yokota qui marque le catch de sa présence, elle dévellope un 'in-ring' qui influencera le catch féminin, mais aussi masculin (en plus d'inventé le Jackhammer de Goldberg et le Tiger Driver '91 de Mitsuharu Misawa). En 1985, Jaguar Yokota se blesse et laisse la place au Crush Gals, une équipe composé de Lioness Asuka et de Chigusa Nagayo, qui connaîtront une popularité semblable à celle d'Hulk Hogan aux États-Unis et permettront à la Zenjo d'enregistrer des records d'audience pour le catch japonais durant leur rivalité contre le clan de Dump Matsumoto (dont faisait partie Bull Nakano). La Zenjo est la seule fédération de catch féminin du Japon entre 1968 et 1986, date à laquelle Jackie Sato créer sa Japan Women's Pro-Wrestling.

Cepandant l'âge d'or de la 'Joshi Puroresu' se situe au début des années 90, car la Zenjo a pour principale tête d'affiche des monstres de talents, tel que Manami Toyota, Akira Hokuto, Aja Kong, Toshiyo Yamada, Kyoko Inoue, Takako Inoue, Mariko Yoshida, Etsuko Mita ou Mima Shimoda. Toutes les catcheuses cités précédemment ont appris le métier avec Jaguar Yokota qui était devenu entraîneur après sa retraite des rings. La qualité des matchs fournit pas les catcheuses de cette époque que les hommes peuvent rarement atteindre ce niveau d'excellence (par exemple le Kyoko Inoue contre Manami Toyota de 1995 ou le match le plus iconique de cette période et peut être de toute l'histoire de la 'Joshi Puroresu' Shinobu Kandori contre Akira Hokuto à Dreamslam I en 1993). Mais également car la Zenjo n'est plus la seule fédération à proposer de la 'Joshi Puroresu', la JWP Project créer en 1992 issu de la JWP de Jackie Sato, à ses propres stars tel que Mayumi Ozaki, Dynamite Kansai, Cutie Suzuki ou Command Bolshoi, la LLPW (Legends Ladies Pro-Wrestling) est créer en 1992 elle aussi issu de la JWP de Jackie Sato, avec sa fer de lance, Shinobu Kandori, mais la FMW fédération hardcore propose elle aussi une division féminine dès 1990, avec Megumi Kudo ou Combat Toyoda. Cependant les quatres fédérations proposent souvent des shows interpromotionnels par exemple les excellents Dreamslam I et II en 1993, ou Big Egg Wrestling Universe au Tokyo Dome en 1994. La 'Joshi Puroresu' connaît belle et bien son apogée, mais comme dit le proverbe "Plus l'on s'élève et plus dure sera la chute".

Effectivement, la règle d'or de la Zenjo qui veut que les catcheuses se retirent jeune, à pour conséquence la création de nouvelle fédération par les catcheuses, c'est ainsi que voit le jour la GAEA créer par Chigusa Nagayo, la Jd' créer par Jaguar Yokota, la ARSION créer par Aja Kong et la NEO créer par Kyoko Inoue. En plus de la création de nouvelle fédération, les frères Matsunaga, fondateur et dirigeant de la Zenjo font de mauvaise décision qui fait que les fans se désinterresse de la 'Joshi Puroresu', or des catcheuses très talentueuses se feront connaître à cette période tel que Momoe Nakanishi, Azumi Hyuga, Nanae Takahashi, Ayako Hamada, Meiko Satomura, Leon ou Kaori Yoneyama. La Zenjo perd sa place de numéro un au profit de la GAEA qui voit la reformation des Crush Gals et une alliance avec la WCW qui attire notamment Akira Hokuto, mais aussi d'autre star de la Zenjo. Mais les audiences sont tellement faible que les fédérations de 'Joshi Puroresu' ferme une par une au milieu des années 2000, même la GAEA et la Zenjo ferme toutes deux leurs portes en 2005, seule la LLPW et la JWP Project survivront à cette hécatombe.

Mais la 'Joshi Puroresu' ne disparait pas pour autant car pendant que les vieilles fédérations ferme de nouvelles se créer comme la OZ Academy en 2005, Ice Ribbon en 2006, la WAVE en 2007 ou la STARDOM en 2011 en plus d'établissement de division féminine à la SMASH de Tajiri dès sa création en 2010. Mariko Yoshida créer la IBUKI (actif entre 2005 et 2010) une fédération qui a pour but de donner au jeunes catcheuses un endroit ou se faire connaître en plus de pouvoir profiter des précieux conseils et de pouvoir suivre l'entraînement de Mariko Yoshida (qui a entre autre inventé le Air Raid Crash, notamment utilisé par Sheamus sous le nom de 'White Noise' et que je considére comme l'une des meilleurs catcheuses de l'histoire). La IBUKI permet l'émergeance d'une nouvelle génération guidé par Ayumi Kurihara, Kana, Tomoka Nakagawa, Hiroyo Matsumoto, Ray ou encore Natsuki Taiyo. Il faut attendre 2011 et les débuts de Yuzuki Aikawa une ancienne 'Gravure Idol' (sorte de mannequins) fassent ses débuts pour amener de nouveau fans à la 'Joshi Puroresu' et acceleré sa renaissance, Yuzuki Aikawa permet d'attirer l'attention de ses fans sur le catch féminin, particulièrement sur la fédération dans laquelle elle apparait la STARDOM. La popularité de Yuzuki Aikawa permet à la STARDOM de donner un show au Ryogoku Kokugikan devant plus de 5 000 fans en 2013, ce qui était impensable avant. Malgré la retraite de Yuzuki Aikawa en 2013, la 'Joshi Puroresu' semble être en train de renaître de ses cendres.

Les principales fédérations aujourd'hui

Aujourd'hui il existe plusieurs fédérations ou voir de la 'Joshi Puroresu', nous allons nous concentrez sur les plus importantes, mais sachez qu'hors du Japon les catcheuses japonaises sont souvent présente durant les shows de la Consejo Mundial de Lucha Libre au Mexique et de la SHIMMER Women Athletes, plus grande fédération de catch féminin d'Amérique du Nord.

-La World Wonder Ring STARDOM (souvent abrégé en STARDOM), créer en 2011 par Fuuka (une ancienne catcheuse, mannequin et artiste martial), Rossy Ogawa (propriétaire des défuntes ARSION et Jd') et Nanae Takahashi (vétéran du catch ayant débuté en 1996), la STARDOM à rapidement atteint une place importante dans la 'Joshi Puroresu' actuelle grâce à la popularité de Yuzuki Aikawa, la STARDOM à acquis un contrat télévisé et est la seule fédération de catch féminin à présenté un show par mois au Korakuen Hall (salle très connu pouvant accueillir environ 2 000 fans) en plus de dix ans. Elle est l'une des rares fédérations à proposer de véritable 'gimmick' et elle produit des photobook de ses catcheuses (issu de la Jd'), la STARDOM fait débuter plus de rookie que les autres fédérations qui s'entraîne avec Fuuka. Ses principales stars sont Io Shirai, Act Yasukawa, Nanae Takahashi, Yoshiko et Kairi Hojo, avec la présence de Freelancer tel que Kyoko Kimura, Hiroyo Matsumoto, Kellie Skater ou Kaori Yoneyama, certaines de ses stars passé sont Yuzuki Aikawa, Natsuki Taiyo, Miho Wakizawa et Yuhi.

-La JWP Joshi Puroresu (anciennement JWP Project) créer en 1992, elle est issu de la JWP de Jackie Sato créer en 1986, aujourd'hui elle est dirigé par Command Bolshoi. La JWP à connu l'âge d'or de la 'Joshi Puroresu' dans les années 90, et possède les plus vieux titres actuelles de la 'Joshi Puroresu', elle à aussi hérité du 'Tag League the Best' le tournoi par équipe de la Zenjo. Ses principales stars sont Arisa Nakajima, Command Bolshoi, Ray, Leon, Hanako Nakamori, Rabbit Miu, avec des Freelancer tel que Kyoko Kimura, ses stars passé sont Azumi Hyuga, Mayumi Ozaki, Cutie Suzuki etc.

-La REINA créer en 2012, elle est la descendante spirituelle des divisions féminines des fédérations de Tajiri, à savoir la SMASH active entre 2010 et 2012 et la Wrestling New Classic active entre 2012 et 2014. Aujourd'hui la REINA sert de division féminine pour la Wrestle-1 de Keiji Mutoh et à un lien fort avec la CMLL du Mexique, ayant des titres commun, elle est dirigé par Syuri qui est également l'une de ses principales stars avec Kana, Lin Byron (Ray sans masque), ou Makoto.

-La WAVE créer en 2007 pour succéder à la Jd', elle à grandi lentement ne présentant un titre majeur que depuis 2013, la WAVE dispose d'un contrat télévisée depuis 2010 avec la tenue de son premier show au Korakuen Hall. La plupart de ses shows sont tenue en semaine ce qui est la seule fédération à faire sa, ses shows sont produit en DVD. Ses principales stars sont Hikaru Shida, Yumi Ohka, Ayako Hamada, Tsukasa Fujimoto, Misaki Ohata et Mio Shirai, la plupart sont en réalité des Freelancer.

-La OZ Academy créer en 1998 en tant qu'école de catch dirigé par Mayumi Ozaki, la OZ Academy commence à produire des petits shows indépendant, mais en 2005 avec la fermeture de la GAEA, la fédération devient une vraie fédération, n'obtenant ses premiers titres qu'en 2008. La OZ Academy étant dirigé par Mayumi Ozaki propose plus souvent que les autres fédérations du catch Hardcore. Ses principales stars sont Mayumi Ozaki, Chikayo Nagashima, Dynamite Kansai, Aja Kong, avec la présence de Freelancer tel que Hikaru Shida, Mio Shirai ou Hiroyo Matsumoto, avant elle disposait également de Tomoka Nakagawa, de Carlos Amano ou de Ayumi Kurihara.

-La Ice Ribbon créer en 2006 par Emi Sakura, la Ice Ribbon a la particularité d'avoir eu des enfants ayant débuté le catch (par exemple Kurumi et Riho ont débuté à la Ice Ribbon à l'âge de neuf ans). La Ice Ribbon tient presque tout ses show dans son dojo, à Saitama mais tient ses shows importants au Korakuen Hall. Ses principales stars sont Tsukasa Fujimoto, Miyako Matsumoto, Tsukushi, Cherry, Risa Sera et Mio Shirai.

En plus des fédérations citée plus haut on peut noté la Sendai Girls Pro-Wrestling qui propose des matchs opposants Meiko Satomura ou l'une de ses élèves (dont les plus connu reste les soeurs DASH Sachiko et Sendai Chisako), à des Freelancers ou des catcheuses issu d'autres fédérations, mais aussi les Kana Pro Mania show indépendant produit par Kana, ou encore la World Woman Pro-Wrestling DIANA, de Kyoko Inoue qui présente la venue de beaucoup de vétéran tel que Mariko Yoshida, Jaguar Yokota ou Manami Toyota.

Puroresu Catch Féminin