Créer un site internet

All In

What I Liked This Month : Les Matchs du Mois - édition septembre 2018

Après le mois d'août et la fin d'un gargantuesque G1 Climax 28, voyons aujourd'hui ce que septembre nous a donné. Entre le plus grand événement du catch indépendant ALL IN et les nouveaux développements du côté de la NJPW, difficile pour les autres de se démarquer ... Et pourtant, la ROH et le clan "freelance", STRONGHEARTS, ont réussi !

Hangman Page vs. Joey Janela a/Penelope Ford – Chicago Street Fight (ALL IN – 01/09/18 – Hoffman Estates, Illinois, Etats-Unis)

L'adversaire du meurtrier de Joey Ryan, Hangman Page, n'était pas celui que beaucoup - moi-même y compris - s'attendaient. Le choix logique aurait été la victime elle-même - seulement pensée pour morte - Joey Ryan, pour qu'il prenne sa revanche, mais tout cela appartient désormais à un segment post-match rempli de pénis géants. Les Bucks & Cody avaient en effet trouvé un autre Joey pour s'opposer à ce paranoiaque de Page, la "rising star" de la scène indy américaine : Joey Janela. Et si il y avait bien quelqu'un qui n'aurait pas eu peur de se faire tuer, c'est bien lui !

A l'approche de ce match, je me disais qu'on pouvait avoir quelque chose d'assez spécial entre les deux dans ce Chicago Street Fight, tant ils n'ont pas peur de prendre des risques. Je crois que mon pressentiment n'avait pas tort ...

Premièrement, les deux n'ont pas perdu de temps : pas de "Collar and Elbow Tie Up" traditionnel qui n'aurait été pas naturel dans ce genre de stipulations. A la place, Page a commençé directement avec un Tope Suicida sur Janela juste avant que ce dernier ne lui rende la pareille. L'utilisation de la stipulation est ensuite monté crescendo. Le 'Bad Boy' s'est servi du placement de produit pour Cracker Barrel (l'un des sponsors du show) pour effectuer une Sommersault Plancha sur Page dans le public - littéralement avec un tonneau ! En réponse, Page - grand fan de ce restaurant avec ses compères de Being The Elite - lui a fait payer avec un dangereux Burning Hammer sur une échelle que Janela avait disposé en appui sur le bord du ring. Ce dernier a sûrement dû remercier plus tard sa "bad girl", Penelope Ford, pour son aide contre Page avec une excellente séquence,  lui permettant de placer une Diving Elbow Drop sur une table plus bas à l'extérieur. Cependant, toujours dans cette escalade de la violence, Hangman lui a rendu la monnaie de sa pièce avec une effroyable Powerbomb depuis la rampe d'entrée sur deux tables en contrebas !

Enfin, outre ses excellents "spots" classiques de Street Fight, ce combat comportait des références à Being The Elite et à l'affaire Page-Ryan, comme les Talking Boots qui donnèrent un avantage à Janela de revenir avec un Superkick. Mais ce fut l'arme du crime - un téléphone - qui donna la victoire au Hangman, prêt à tuer un autre Joey avec. Si ce n'est pas le fil autour du cou qui sonna son glas, c'est définitivement ce Last Rite depuis l'échelle direct sur une table en contrebas qui termina le 'Bad Boy'.

Lire la suite

Review Press - septembre 2018 : Sélection spéciale ALL IN !

All inALL IN : que dire de plus que ce qui n'a déjà été dit ? Après tout, c'est la rançon du pari réussi de Cody et des Bucks. Imparfait parfois dans son exécution, le show a été finalement simple et efficace dans son déroulement : les storylines de Being The Elite ont été achevés ou continués de manière cohérente, sans accroc, et chaque catcheur a été montré dans la plus belle lumière possible. Ni trop ni pas assez : juste ce qu'il faut pour faire un show digne d'une telle attente.

Et parce que les autres l'ont dit tellement mieux, je vous propose dans cette nouvelle Review Press une palette rassemblant les meilleurs articles, podcasts et vidéos sur le sujet. Et parce que l'été fut long, je laisse aussi la place au reste du monde avec un bon nombre d'articles sur l'état du monde du catch, sur les bons et mauvais côtés de la WWE et sur l'actualité du catch indépendant ... et même une vidéo sur le fonctionnement scientifique de la YouPornPlex !

ALL IN

-- Sports Illustrated a ouvert un boulevard pour ALL IN. Et ce fut non sans l'aide de son excellent chef de rubrique catch, Justin Barrasso, dans deux articles. Le premier, consacré à Kenny Omega et son avenir, fait le portrait du catcheur le plus "hypé" du monde en donnant la parole - qui plus est toujours de manière impactante - à des noms comme Jim Ross, Hulk Hogan, Kofi Kingston, Rob Van Dam, Chris Jericho et bien sûr les Young Bucks. Un portrait qui rend encore plus tendue l'attente d'une décision officielle : Kenny Omega & Cie resteront-ils hors des griffes de Stamford ?

Le second revient sur le Pay-Per-View lui-même avec les premiers commentaires, et révélations non-kayfabe de son déroulement, des trois organisateurs - Cody et les Bucks.

A LIRE : ALL IN : et après ?

-- Mais l'article qui illustre le mieux ce sentiment d'historicité et d'une passion magnifiée autour d'ALL IN, c'est celui de Mike Piellucci, le spécialiste catch de The Ringer. Non seulement résume-t-il tous les enjeux et le contexte derrière l'événement, mais il prend le recul des significations et des conséquences (pour certaines déjà effectives, #G1Supercard #MSG). Comme le disaient Dave Meltzer et Bryan Alvarez du Wrestling Observer dans leur review du show, "tout peut être 'over' s'il on y croit assez pour emmener les fans". Ou comme le dit encore mieux Dave Lagana (l'homme derrière la web-série Ten Pounds of Gold et la renaissance de la NWA de Billy Corgan) : "vous devez comprendre ce que le public veut vraiment. L'argent n'a rien à voir là-dedans. Le public vous soutiendra et vous suivra jusqu'à la fin du monde s'il croit en votre message et ce que vous proposez." 

-- Enfin, ce que cristallise ALL IN, c'est la force et la luxuriance du catch alternatif aujourd'hui. Ce dont je relevais moi-même les premiers soubresauts il y a trois ans ici même a été bien résumé sur 411Mania : nous vivons actuellement un boom "discret" du catch mondial.

WWE

-- Reality Era, New Era, New Attitude Era, Alternative Era : les fans de catch aiment qualifier et classer les différentes époques et courants - en particulier actuels - en "ères". Et pour nommer celle que nous vivons actuellement, le tranchant Justin Ballard d'Enuffa a sans doute trouvé la meilleure formule : The F*ck The Fans Era ! Son argument ? Faire du top-guy le plus populaire un méchant et de sacrifier Seth Rollins et Dean Ambrose pour protéger le top-guy le moins populaire.

 

-- Mais comme se plaindre ne semble pas suffire à changer les choses - tant Vince McMahon oublie de mettre ses appareils auditifs - certains, comme Tim Kail sur Work of Wrestling, proposent eux-mêmes les changements à apporter. Dans une récente tribune, il préconise une chose tellement simple qu'il paraît abhérent que la WWE n'y est pas pensé naturellement : engager des femmes scénaristes. Ce n'est un secret pour aucun fan, une rivalité entre catcheuses à la WWE se base généralement sur des thèmes malaisants, même récemment - il n'y a qu'à voir Alexa Bliss vs. Nia Jax. Ne pas se reposer uniquement sur Stephanie McMahon (à l'esprit plus masculin et "McMahonien" que son propre mari) pourrait déjà aider selon lui.

 

-- Entre ALL IN, la NJPW, la ROH ou même World of Sports Wrestling au Royaume-Uni, la WWE a du pain sur la planche pour faire face à la concurrence grandissante à un niveau international. Et si elle a bien réussi son coup en Arabie Saoudite avec The Greatest Royal Rumble et s'apprête à sécuriser sa dominance en Australie avec Super Show-Down, elle devrait peut-être se méfier de la Qatar Pro-Wrestling ! Dans un superbe reportage (et oui !), nos amis de VoxCatch nous offre une immersion totale dans la vie du promoteur-entraîneur de la seule promotion indépendante du Qatar - négociations foireuses avec Alberto El Patron, y compris !

Résultat de recherche d'images pour "johnny gargano ciampa fight forever"-- Quoique imparfait, la WWE essaye de se rattraper doucement concernant le traitement de Daniel Bryan en magnifiant le travail de ce dernier dans sa récente rivalité - tant attendue - contre The Miz. The Spectacle of Excess félicite particulièrement l'efficacité insoupçonnée de la cinématographie des meilleures scènes de ce scénario.

 

-- En parlant de narration, Tim Kail du Work of Wrestling s'attarde sur la pertinence des invités aux panels des pré-shows des PPVs/Special Events de la WWE. Selon lui, ce point pourtant complètement ignoré par le monde du catch est ce dont la WWE devrait se méfier. En effet, en intégrant ces critiques et prodcasteurs dans le kayfabe en les faisant jouer la comédie comme les autres, elle participe à l'incohérence narrative de son produit et donc à sa propre périclitation.

 

-- La seule chose que la WWE (au sens large) semble bien faire en ce moment, c'est une rivalité classique entre deux anciens partenaires et meilleurs amis. En même temps avec Marty Jannetty vs. Shawn Michaels, Triple H vs. Shawn Michaels ou Tommy Dreamer vs. Raven comme modèles, pas vraiment difficile de réussir cette storyline. Je parle bien sûr de Johnny Gargano vs. Tommaso Ciampa à NXT. Juste avant TakeOver : Brooklyn 4, Voices of Wrestling est revenu sur les subtilités du développement narratif de cette rivalité.

NJPW

-- En juin, la NJPW a non seulement couronné un nouveau champion du monde - en la personne de Kenny Omega - elle a aussi célébré l'arrivée d'Harold Meij au poste de nouveau CEO (aux côtés de Takaaki Kidani de Bushiroad, le proprio', et Naoki Sugabayashi, le chairman historique). Voices of Wrestling revient sur l'importance de cette décision et sur ce qu'elle souligne de la situation politico-économique du catch mondial.

Ailleurs

https://vignette.wikia.nocookie.net/prowrestling/images/1/17/Top_Rope_Moonsault.jpg/revision/latest?cb=20180414055248 -- Commençons par un mot d'amour envoyé à l'intention d'une prise du catch. Oui, oui, vous avez bien lu : l'excellent JJ McGee du Spectacle of Excess a signé un article rempli de GIF et de compliments envers le Moonsault !

 

-- Toujours sur le Spectacle of Excess, le bien nommé John Dvorak nous fait le portrait de LA star montante de l'EVOLVE, le fils spirituel de Sabu et Mick Foley, complètement grunge dans l'âme et spectaculairemet original sur le ring, Darby Allin.

 

-- En parlant de portrait, chez VoxCatch, mon ancien collègue de Catch Au Quotidien et spécialiste du catch indépendant européen revient sur l'été de WALTER, le meilleur de sa carrière après avoir remporté successivement les championnats de la Californienne PWG, de la britannique PROGRESS et de l'Irlandaise OTT.

 

-- Cet été, juste après Best In The World 2018, Dalton Castle a enfin laissé sa ceinture et son titre de champion du monde de la Ring of Honor à l'excellent Jay Lethal. Tendinites, dislocations et autres blessures l'ont petit à petit fait ressembler à un Nigel McGuinness de 2007-2008, mais sans son règne mémorable. D'après 411Mania, c'est la faute au head booker, Hunter 'Delirious' Johnson.

 

-- Il y a quelques années, la Dragon Gate était considéré comme la promotion #2 au Japon. Aujourd'hui, c'est la débacle. Comme le raconte si bien Voices of Wrestling, entre le départ de CIMA pour la Chine et l'échec de la création de nouvelles stars pour remplacer les YAMATO et autres Masato Yoshino, il se pourrait qu'elle finisse par se scinder vraiment en deux ...

 

-- Avec Luchamania II, l'APC de Nanterre finit sa saison 2017-2018 en beauté. Nos confrères de VoxCatch la qualifient même de "meilleure saison de son histoire". Elle sera de retour le 7 octobre avec, pour invité international, l'ex-champion de la PROGRESS, Travis Banks !

 

-- La re-signature d'Eli Drake - 'The Namer of Dummies' d'Impact Wrestling - n'est pas anodine. C'est ce que soulève Voices of Wrestling. En effet, elle montre à quel point il est possible aujourd'hui pour un catcheur d'envisager un avenir en dehors de la WWE, donc de refuser son appel, et surtout pour un promoteur de contrecarrer le processus de macrophagie du circuit indépendant par la WWE.

 

-- Pour finir, The Indy Corner nous propose un retour dans le passé en présentant aux nouveaux fans de catch indépendant la "génération oubliée" des fondateurs du catch alternatif moderne : Mike Quackenbush, Super Dragon, Teddy Hart et autres Human Tornado !

Les podcasts à écouter

-- Bon nombre de podcasts - y compris celui de Dave Meltzer, cité plus haut - sont revenus sur ALL IN, mais aucun ne l'a fait mieux que Colt Cabana dans les coulisses du show lui-même avant et après. Avec son naturel habituel, Colt Cabana retranscrit l'ambiance, l'expérience et l'historicité de ce "Woodstock du catch". Avec ce podcast, on ne fait pas que le savoir, on le comprend !

Les vidéos à voir

-- La vidéo qu'il fallait absolument voir concernant ALL IN, c'était le dernier épisode de Ten Pounds of Gold. Dave Lagana a réussi à maximiser l'émotion pure qui a servi de socle à la rivalité opposant le désormais ex-champion NWA, Nick Aldis, et le nouveau, Cody (Rhodes). Cet épisode pourrait tout aussi bien être seul responsable de l'immense passion avec laquelle Cody a été accueilli et félicité à Chicago :

-- Si on a surtout évoqué le catch mexicain uniquement pour AAA TripleMania XXVI récemment, il mérite d'être rappelé qu'il est beaucoup plus diversifié qu'il n'y paraît. Vice Mexico a notamment signé un excellent reportage sur le catch "hardcore" au Mexique :

-- Le grand absent d'ALL IN, c'était peut-être lui : Matt Riddle. S'il aura encore un dernier match sur le circuit indépendant  - contre Mark Haskins à PROGRESS : Hello Wembley ! - avant de rejoindre NXT, c'est plein d'émotions qu'il a déjà dit "au revoir" à son ancienne promotion mère, EVOLVE. L'occasion pour le génial Kenny Johnson pour le capter une dernière fois, la larme à l'oeil :

-- Toujours dans le registre du documentaire, et en parlant de larmichettes, la NJPW vient de sortir un nouveau documentaire se focalisant sur le quotidien de son LA Dojo et dans la psychée de son entraîneur principal, Katsuyori Shibata :

-- Showbuckle, le faiseur de vidéos narratives concernant la NJPW, est revenu en force cet été avec un portrait de Prince Devitt - aka Finn Balor à la WWE. Le premier fondateur et parrain du Bullet Club a en effet été cité comme justification première des tactiques outrageantes de Tama Tonga et de son Bullet Club OG. L'occasion pour le vidéaste de rappeler l'histoire de la création du plus célèbre "club" du catch et de son créateur :

-- Et après avoir vu tout ça, rien de tel qu'une vidéo scientifique pour se détendre, non ? Mais si, je vous assure, ça parle de Low-Blows et de YouPornPlex ! Profitez-en ensuite pour regarder les autres vidéos pseudo-scientifiques de LuchaLabs.

ALL IN : et après ?

J-4. Ce samedi 1er septembre 2018 marquera l'un des plus grands jours du catch indépendant. Le jour où trois stars du circuit à l'ambition débordante et au sens aigü de l'entrepreneuriat - The Young Bucks et Cody (Rhodes) - auront officiellement relevés un simple défi Twitter : prouver au plus grand spécialiste américain de catch connu, Dave Meltzer, qu'il se trompait, que le monde du catch a changé et que désormais tout était possible ... à nouveau.

D'ores et déjà une réussite commerciale, ALL IN - et son festival Starrcast qui l'entoure - sera soit le plus célèbre et vénéré "one-shot" de l'histoire du catch soit le premier pas d'une longue série. Car, dans le monde du catch, chacun sait que "One Night Stand" ou "Once In A Lifetime" obtiennent toujours une suite. Aucune promesse ne se tient et les vedettes de Being The Elite ne seront pas les premières à en profiter. Pour preuve, les effets du succès météoritique d'ALL IN sont déjà visibles : G1 Supercard, le super-show NJPW/ROH du prochain WrestleMania Week-End au légendaire Madison Square Garden, affiche complet - une première, là aussi. Et ce, avec ou sans la bande du Bullet Club Elite qui, si elle veut en profiter un maximum, devra rester soudée et refusée une nouvelle fois les appels du pied de Stamford. 

En nous basant sur ce futur proche partiellement pré-établi, quelles seront les retombés pour les rivalités et les affrontements se jouant à Chicago samedi soir ?

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/1/1f/ALL_IN_WGN_Poster.jpgPour rappel, la carte finale d'ALL IN ressemble à ce qui suit :

- The Briscoes (Jay & Mark) vs. SoCalUncensored (Frankie Kazarian & Scorpio Sky) [ALL IN : Zero Hour - Pre-Show]

- Over The Budget Battle Royal (Colt Cabana, Ethan Page, Moose, Jordynne Grace, Billy Gunn, Marko Stunt, Rocky Romero/Chico El Luchador, Brian Cage, Jimmy Jacobs, Punishment Martinez, Brandon Cutler, etc) [ALL IN : Zero Hour - Pre-Show]

- Joey Janela vs. Hangman Page

- Madison Rayne vs. Tessa Blanchard vs. Chelsea Green vs. Britt Baker

- Christopher Daniels vs. Stephen 'Arrow' Amell

- ROH World Championship Match : Jay Lethal vs. (Gagnant de l'Over The Budget Battle Royal)

- Kazuchika Okada vs. Marty Scurll

- NWA World Heavyweight Championship Match : Nick Aldis (c) vs. Cody

- Kenny Omega vs. Pentagon Jr.

- Kota Ibushi & The Young Bucks vs. Rey Mysterio Jr., Fenix & Bandido

ALL IN se veut être un show mélangeant des intrigues de Being The Elite, de la nouvelle NWA de Billy Corgan et de sa propre web-série Ten Pounds of Gold, mais surtout une représentation des beautés diverses et variées du circuit indépendant et sa célébration dans la bonne humeur. ALL IN est l'emblème de l'Attitude Era d'une nouvelle génération - de fans "hardcore" à travers un monde connecté qui participent, grâce à la célébrité de catcheurs et d'entités en dehors des limites imposées par l'implacable WWE, seule super-puissance de l'industrie.

Une telle identité est parfaite pour un "one-shot" avec autant d'historicité et de regards posés sur lui. Comment, néanmoins, envisagez d'y faire suite ? ALL IN n'est clairement pas censé conclure toutes les storylines construites et développées au fil de Being The Elite ou, pour Aldis vs. Cody, de Ten Pounds of Gold. Pourtant nombre d'entre elles y joueront un rôle essentiel.

#BookFlip : le début de la gloire pour Gordon ?

Flip Gordon - toujours pas "officiellement" prévu de catcher ou même d'apparaître durant le show - trouvera certainement un moyen de participer voire même de gagner la bataille royale et de s'octroyer un match de championnat lors du véritable show. Quels seront les causes de son apparition et surtout les conséquences ? Cody lui a toujours interdit de participer, sans doute ne sera-t-il pas fier de l'avoir vu outre-passé ses ordres.

Par ailleurs, peut-être aurons-nous même, lors de cette bataille royale, des suprises comme la participation de Chris Jericho (pour promouvoir encore un peu plus sa croisière de Rock N' Wrestling le mois prochain), de Neville/PAC tout juste libéré par la WWE ou même des Best Friends (Chuck Taylor & Trent Beretta), deux personnages secondaires de Being The Elite complètement oubliés depuis la blessure de Beretta.

A LIRE : ALL IN, révolution en vue ou simple OVNI ?

Memories of Murder : Page-Ryan, chapitre 3

Hangman Page, le meurtrier schizophrène pieds nus, aura sans doute affaire au retour d'entre-les-morts de Joey Ryan au terme de son match contre un autre Joey. La suite des "storylines" aura besoin d'une conclusion in-ring ultérieure. Elle pourrait avoir lieu aussi bien lors d'un show Bar Wrestling (où il n'a jamais été vraiment "mort") mais serait plus profitable - et cohérente scénaristiquement - au sein d'un éventuel séquel, ALL IN 2.

A LIRE : ALL IN - Fantasy Booking #2

Passé vs. Présent, le dilemme de Jay Lethal

Le propre syndrome hallucinatoire de Jay Lethal, tourmenté par son ancien personnage de Black Machismo, perturbra certainement sa défense de titre et devra être réglée à l'avenir. Une conclusion narrative sur Being The Elite pourrait marcher mais de nombreuses autres possibilités se présentent : rendre imprévisible la personnalité de Jay Lethal - une fois lui-même, une fois Black Machismo - pendant des mois jusqu'à, par exemple, le forcer psychologiquement à laisser la place à une seule personnalité au travers d'un match capital. Là encore : parfait pour un éventuel ALL IN 2.

A LIRE : ALL IN - Fantasy Booking #1

Aldis vs. Cody : la première saga de la nouvelle NWA

Enfin, avec l'annonce du premier show NWA à part entière promu depuis des lustres - NWA 70th Anniversary fin octobre -, on sent bien que la rivalité Nick Aldis vs. Cody ne fait que commencer. Billy Corgan, et son comparse scénariste Dave Lagana, en ont fait leur propre projet.  De mon point de vue, le plus probable serait d'utiliser la bonne vieille (et ironique) technique du "Dusty Finish" pour laisser Nick Aldis repartir ici avec sa ceinture sans faire vraiment perdre son challenger. 'The National Treasure' en ressortira d'autant plus détestable (car, malgré tout le bon travail effectué ces derniers mois par la NWA nouvelle mouture et par Aldis lui-même, il n'est toujours pas aussi "over" que son adversaire) et Cody efficace dans sa demande de rematch.

Billy Corgan tiendrait ainsi le Main-Event parfait pour son prochain show : une revanche, pourquoi pas en Steel Cage Match à l'ancienne, pour le titre de champion du monde poids-lourd NWA. Et si le tout fonctionne, Nick Aldis pourrait même s'arranger pour demander son propre rematch à ALL IN 2 !

Seul l'avenir nous le dira - et il dépendra lui-même de la direction que prendra The Elite (vers Stamford ou non) - mais tout est d'ores et déjà plus ou moins en place pour aborder la suite et construire un éventuel ALL IN 2 efficace et, peut-être, encore plus mémorable !

All In - Fantasy Booking #2 : Omega vs Lethal & Ibushi vs Mysterio !

Remplir une salle de 10 000 personnes était un pari risqué pour Cody et les Young Bucks. Surtout quand cette épreuve devait être réalisée par eux-mêmes, sans aucune fédération les aidant financièrement. Mais grâce à l'empire qu'ils ont crée autour d'eux, comme ils l'ont déclaré dans le premier numéro de la nouvelle web-série documentaire All Us, c'est en batissant une fan-base toujours grandissant qu'ils ont réussi cet exploit - une fan-base prête à tout pour soutenir leurs catcheurs favoris. Tout était une histoire de "drawing power" pour pouvoir réussir ce défi. Et ce qu'ils ont accompli n'avait jamais été fait depuis plus de vingt ans en dehors de la WWE.

♦ All In : Le "fantasy booking" du rédac' chef de The Alt

Et maintenant l'attente n'a jamais était aussi grande. C'est un évènement que j'attends tout particulièrement, tant le show est hypé depuis plusieurs mois maintenant avec les Being The Elite et récemment les All Us. Surtout qu'on ne sait pas encore vraiment la carte : peut-être qu'on ne la connaîtra que le jour même comme Cody et les Young Bucks ont déclaré dans All Us. Quoi de mieux donc que d'imaginer cette hypothétique carte ainsi ?

Le trio nous vend All In comme un "sentiment" et disent que ce sera une "fête". J'espère personellement que le show et les matches ne seront tout de même pas trop relâchés pour autant. Mais si le show est efficace et fait encore plus de chiffres, il pourrait bien y'avoir la possibilité de faire d'All In un show annuel selon le désir des Bucks et Cody. Je me suis donc penché, pour cette seconde "fantasy card" de All In, pour une carte regroupant les principales intrigues de Being The Elite parmi d'autres matches qui eux n'ont pas de rapport mais qui pourraient laisser une empreinte, tout comme ce show en laissera certainement une dans l'histoire du catch indépendant !

♦ Pour suivre l'actualité sur All In, abonnez-vous au Facebook de The Alt

Détails :

  Annonceur : Il a été déjà annoncé officiellement que Bobby Cruise (ROH) et Justin Roberts (ex-WWE) alterneront les rôles pour présenter les matches et les catcheurs. Par ailleurs, Sean Mooney (ex-WWF) et Alicia Atout (Impact Wrestling) se chargeront des promos et interviews pour les segments "en coulisses"...

  Commentateurs : De même, la table des commentateurs accueillera un trio : Don Callis (NJPW & Impact Wrestling), Ian Riccaboni (ROH) et Excalibur (PWG).

  Diffuseur : Twitch, AXS TV ou Youtube.

Flip Gordon vs. Brian Cage

Image associéeContexte : Après de multiples essais ratés, Flip Gordon obtient enfin son booking pour All In de la bouche de son plus grand détracteur, Cody.  Au cours des prochains épisodes de Being The Elite, Flip lui demande qui il serait censé affronter le 1er septembre sans avoir de réponse. Entre son bonheur d'être booké et la peur de l'inconnu, Flip commence à se poser des questions : d'autant plus que lors de l'épisode BTE précédant le show, Cody lui annonce qu'il aura l'honneur d'ouvrir le show !

Flip Gordon arrive donc tout souriant, ouvrant effectivement le show, même si une lueur d'anxiété se lit sur son visage. Il attend son adversaire, quand la musique de 'The American Nightmare' retentit. Encostumé comme à son habitude, Cody remercie tous les fans présents d'être venu et assure qu'il ne va pas s'éterniser. Comme Flip peut le constater, il ne sera pas lui-même son adversaire - d'autant plus qu'il est déjà occupé ce soir. Il est là simplement pour l'annoncer. Il avoue d'abord que s'il avait été booké, c'était seulement grâce à Brandi qui a réussit à le convaincre ... à condition qu'il puisse choisir lui-même son adversaire. Ce dernier n'est pas simplement un homme ... mais une machine : Brian Cage ! Cody déclare qu'il allait lui faire payer les avances qu'il avait faites à Brandi ! Il pouvait se réjouir d'être à All In, mais il pouvait être garanti qu'il n'en ressortirait pas indemne !

Narration : Lorsqe le match commence, Cage décapite direct Flip Gordon d'une énorme Lariat ! Cage est ici pour l'argent et pour faire le sale boulot de Cody. Il passe donc à tabac le frêle Flip dans les règles : Powerbombs, Superplex, multiples envois contre les barrières à l'extérieur, etc. On se demande si Flip ne regrette pas ce booking. Gordon arrive parfois à se débattre avec quelques envoies, mais se fait à chaque fois interrompre par la force de l'imposant Cage.

Après un F5 à travers la table des commentateurs, Flip se dégage malgré tout. Cage se prépare alors à exécuter sa Weapon X  ... mais Gordon le renverse pour un compte de trois ultra-rapide ! Flip tient à peine debout mais il a le sourire. Malheureusement un Cage mécontent lui assène une grosse Lariat derrière la nuque et exécute sa Weapon X. Il quitte ensuite le ring sous les huées du public. Après quelques minutes, Flip, quant à lui, se relève sous les applaudissements d'un public qui reconnaît le cœur et la combativité qu'il a eu pendant tout ce match.

Victoire : Flip Gordon

Street Fight : Hangman Page vs Joey Ryan

Résultat de recherche d'images pour "joey ryan hangman page being the elite"Contexte : Les Young Bucks ont tourné le dos à Hangman Page. Après de nouvelles preuves accablantes contre lui, ils ont été à deux doigts de le déprogrammer d'All In.

Page leur a cependant rappelé qu'eux aussi avait participé au "meurtre" d'une personne (Adam Cole). De plus, Joey Ryan, revenu d'entre les morts, ne saurait refuser l'occasion de se venger. C'est donc seul que Page doit affronter le revenant Joey Ryan, remonté comme jamais !

Narration : Les deux arrivent en tenue casuelle, adéquate pour un combat de rue. Joey Ryan entre le premier mais se fait attaquer par derrière par le psychopathique Page. Il l'étrangle avec sa corde fétiche et le traîne sur la rampe d'entrée. Il lui hurle : "cette fois, tu vas être mort pour de bon !". Il lui assène ensuite plusieurs coups de chaises dans le dos. Mais il se fait enfin contrer quand il tente une Suplex à l'extérieur du ring sur un tas de chaises.

Reprenant difficilement son souffle, Joey Ryan balance quelques coups de couvercles de poubelle sur la tête de Page pour le renvoyer sur le ring. La cloche sonne enfin mais Page profite que Joey revienne sur le ring pour taper la corde, lui infligeant ainsi un coup dans l'entre-jambe. Vicieux, Hangman dérouille ensuite Ryan à coups de poubelle Après un Buck Shot, il n'effectue pas le tombé, préférant rechercher sa corde pour continuer de l'étrangler. Rick Knox dit alors à Page de se calmer mais ce dernier lui met une droite à Knox et un coup dans les côtes ! Page se rend à l'extérieur pour chercher une table et l'installe à l'intérieur du ring. Il rélféchit quelques secondes, quitte à nouveau le ring pour revenir avec un sac de punaises qu'il verse sur la table.

Il se prépare alors à exécuter son Rite Of Passage depuis la troisième corde dessus quand il est interrompu par une musique, celle de la star de la série Arrow, Stephen Amell ! Il essaye alors de raisonner Page, lui faisant perdre du temps et le déconcentrant. Joey Ryan en profite pour lui asséner un Low-Blow, puis un autren avant de l'éclater sur la table avec une Superplex ! Rick Knox, mal en point, fait le compte victorieux.

Victoire : Joey Ryan

Women's Gauntlet Match : Tessa Blanchard vs. Mia Yim vs. Penelope Ford vs. Chelsea Green vs. Madison Rayne vs. Britt Baker vs. Santana Garrett vs. Leva Bates vs. Mandy Leon

https://scontent-sea1-1.cdninstagram.com/vp/d7c328455710c43612efb639965b973f/5B4CEC20/t51.2885-15/s480x480/e35/c0.19.576.576/26278158_140471173415186_3881736865975369728_n.jpg?ig_cache_key=MTY5MzA1OTQ0NTA0NjQ0MjE0Mw%3D%3D.2.c Contexte : En savoir plus (A noter que Deonna Purazzo, parmi les premières lutteuses à avoir été signées pour All In, a été déprogrammée suite à sa signature à la WWE récemment.)

Narration : Chelsea Green et Madison Rayne débutent ce Gauntlet Match. Après six bonnes minutes de combat acharné, c'est la plus expérimentée de deux lutteuses d'Impact Wrestling, Madison Rayne, qui l'emporte. Après avoir éliminé Green, elle élimine Mandy Leon puis Penelope Ford. Mais Madison Rayne, épuisé, laisse sa place à la moins connue mais prometteuse Britt Baker.

Cette dernière écarte, à la surprise générale, la populaire 'Blue Pants' Leva Bates et l'incontournable du circuit indépendant, Santana Garrett ! Seulement, une fois qu'entre Tessa Blanchard, les choses sérieuses commencent : elle s'impose face à Britt Baker au bout d'une quinzaines de minutes. Epuisée, elle attend une autre star de la scène indépendant et dernière lutteuse du Gauntlet, Mia Yim. Les deux femmes se livrent un affrontement dantesque, continuant même en dehors du ring. Au bout de 17 minutes, Mia Yim terrasse enfin la très résistante et ambitieuse fille de Tully Blanchard, membre d'origine des Four Horsemen.

Post-match : Yim relève respectueusement son adversaire. Blanchard accepte, semblant ravaler sa fierté ... avant de lui porter un Piledriver, une fois son dos tourné, sous une huée générale du public !

♦ Victoire : Mia Yim 

Lucha Rules Match : ACH & Lucha Bros (Rey Fenix & Penta El Cero M) vs. STRONGHEARTS (CIMA, T-Hawk & Gao Jingjia)

Résultat de recherche d'images pour "STRONGHEARTS wrestling"Contexte : Pendant que le bien connu CIMA entraîne le roster de l'Oriental Wrestling Entertainment, nouvelle promotion indépendante #1 en Chine (avec qui la Dragon Gate est partenaire), son disciple, T-Hawk, a formé un groupe appelé STRONGHEARTS. Outre CIMA et T-Hawk, il est constitué d'El Lindaman, Takehiro Yamamura, les Rascalz, Zachary Wentz & Dezmond Xavier (actuels champions par équipe de la Pro-Wrestling Guerilla), ainsi que Gao Jingjia, élève de CIMA et principale star de l'OWE.

Ce groupe, bien que lié à la Dragon Gate, accepte des "bookings" internationalement : ils officient par exemple à la Wrestle-1. Même s'il reste peu probable que le groupe soit booké ici, on peut toujours rêver (c'est à ça que sert un "fantasy booking" !) et cela pourrait diversifier un peu le show (à l'image du 6-Man Tag de la Michinoku Pro à ECW Barely Legal, son premier PPV en 1997). Après tout, CIMA et T-Hawk sont bien bookés pour le Battle of Los Angeles Tournaments quelques semaines après, donc sait-on jamais : le reste de STRONGHEARTS pourrait suivre pour un match hors tournoi.

Narration : Plusieurs minutes de séquences folles de créativité in-ring sont déjà passées entre les six catcheurs : le public est chaud, il sent la fin arriver. Pentagon se fait envoyer à l'extérieur après un Dropkick de CIMA, qui en profite pour partir en Suicide Dive. T-Hawk essaye de finir ACH mais ce dernier le contre dans sa tentative de BT Bomb et exécute son combo Backbreaker-German Suplex ! Alors qu'il enchaîne avec le tombé, le jeune Gao Jingjia lui écrase le ventre avec un Springboard Double Stomp ! Fenix revient pour interrompre son tombé, puis tente un très gros Rolling Cutter mais Jingjia arrive à l'intercepter et l'envoie dans CIMA. Celui-ci exécute son Crossfire, complété par un 450° Splash de Gao Jingjia assisté depuis le dos de CIMA !

Victoire : STRONGHEARTS

Marty Scurll vs. Kazuchika Okada 

Résultat de recherche d'images pour "marty scurll entrance"Contexte : En coulisses, juste avant le match, les frères Jackson essaient de rassurer Marty Scurll, stressé par son match à venir, face à un adversaire de la trempe du 'Rainmaker'. Ses amis le rassurent, lui disent qu'il mérite un match de ce calibre, ayant été la star de Being The Elite depuis son arrivée. Ce soir s'il veut battre le plus grand IWGP Heavyweight Champion de l'histoire, il va devoir être sérieux et sortir la meilleur performance possible !

Narration : Lorsque la rencontre débute, un très sérieux et concentré Marty Scurll essaye de surprendre Okada avec des techniques de "british wrestling". Le 'Rainmaker' apprend vite, s'en sort et défie du regard son adversaire - qui ne lui rend pas, de peur d'être déconcentré.

Scurll reprend le dessus et se concentre sur le cou d'Okada. Ce dernier s'en sort une nouvelle fois après un Heavy Rain et tente d'enchaîner avec son Red Ink mais il se fait attraper les doigts ! 'The Villain' les lui cassent et les piétinent avec cruauté. L'Anglais continue avec des Neckbreakers et un STF.

Okada n'est peut-être plus invincible mais il lui en faudra plus. Il renverse la situation et commence à dérouler ses combos : Diving Elbow Drop, Rainmaker Pose et ... Marty le roule dans un Roll-Up et, avant même qu'Okada n'est le temps de se relever apèrs le compte de deux, se relève et lui explose la mâchoire avec un Superkick.

Il s'apprête à l'étreindre dans son fameux Chicken Wing, sans avoir même fait sa mimique gestuelle avant, mais n'arrive pas à rejoindre ses doigts pour fermer complètement. Okada se dégage et attrape son bras pour exécuter une Rainmaker Lariat mais Marty passe en dessous et repart dans un Chickenwing qui surprend Okada, cadenassant cette fois la prise ! Après de longues secondes de suspens, Kazuchika Okada attrappe une corde forçant Marty à passer à côté de la plus grosse victoire de sa carrière. Furieux, il s'élance dans les cordes pour une Lariat finale mais son adversaire le surprend avec un énorme Dropkick ! Il enchaîne avec un Tombstone Piledriver, pour le finir avec un Rainmaker fatal qui touche sa cible.

Victoire : Kazuchika Okada

A LIRE : Top 10 des meilleurs "theme songs" du catch alternatif

NWA World's Heavyweight Championship - 2/3 Falls Match : Nick Aldis © vs. Cody

Résultat de recherche d'images pour "cody nick aldis"Contexte : Constatant l'incapacité de Cody de reprendre le titre de champion du monde de la RIng of Honor pour remplir leur marché, Nick Aldis refuse de défendre son propre titre à All In. Propriétaire de la NWA, le leader des Smashing Pumpkins, Billy Corgan, ne l'entend pas de cette oreille là : s'il a trop peur de perdre sa ceinture, autant qu'il soit destitué de son statut de champion. Un champion qui n'accepte pas de défendre son titre, peu importe l'endroit, le moment ou l'adversaire, ne le mérite pas. Quand l'événement débute, l'avenir de ce match de championnat reste (officiellement) incertain ...

A l'heure prévu pour le match, Cody entre le premier aux côtés de la belle Brandi, tous deux le visage soucieux des organisateurs face à l'imprévu. Quelques secondes avant, en coulisses, Cody n'avait pas réussi à obtenir la moindre information de la part de Billy Corgan lui-même ... Finalement, après quelques minutes silencieuses gênantes, la musique de Nick Aldis retentit. Le champion est mécontent au possible, se dirigeant directement vers Cody la ceinture en l'air. Pour alléger la tension palpable, celui-ci décide de prendre la parole : il a une proposition à faire au 'Dealer'. Il a vu Aldis se pavaner pendant des mots avec cette ceinture légendaire, montrant quel fier et combattif champion il est. Un homme tel que lui, respectueux de l'histoire, serait à même de défendre son titre à l'ancienne - aux meilleurs des trois tombés ! Pris au dépourvu, Aldis n'a d'autre choix que d'accepter !

Narration : Un Cody très chaud - et opportuniste - remporte rapidement le premier tombé au bout d'une dizaine de minutes. Aldis tente de se remettre dans la course mais 'The American Nightmare' le surprend avec un Moonsault. Le public croit l'affaire réglée mais Aldis se dégage. Cody tente ensuite un Cross Rhodes mais Aldis renverse la prise et le projette contre l'arbitre. Il en profite avec un Small Package éclair réussi, sous les huées du public et un Cody très surpris.

Après plusieurs échanges et de longues minutes, un Aldis bien trop confiant se prépape à effectuer un Cross Rhodes. Cody le contre et le place lui-même - seulement deux. Il ordonne alors à son adversaire de se relever : un Bionic Elbow à la Dusty Rhodes, un Final Cut et un dernier Cross Rhodes finissent enfin le 'National Treasure' !

Victoire : Cody

Kota Ibushi vs. Rey Mysterio

Résultat de recherche d'images pour "rey mysterio all in"Contexte :  Avec un retour pls que probable à la WWE sans doute à plein temps, il est probable qu'on ne revoit plus 'El Rey' ailleurs après. Alors, quoi de mieux pour l'une de ses dernières apparitions sur le circuit "alternatif", que de le mettre face au "high-flyer" le plus célèbre au Japon depuis ces 10 dernières années ?

Narration : Comme attendu, le match est très dynamique. Néanmoins, Ibushi domine un Mysterio moins habitué au gros Singles Match dernièrement. Mais c'est le sous-estimé ça, comme quand Ibushi se prépare à exécuter son Last Ride Powerbomb mais que Mysterio roule et place un Yoshi Tonic.

Une fois l'emprise du respect effacée, Kota commence à sous-estimer le luchador et se fait renverser son Last Ride Powerbomb en Yoshi Tonic ! Tombé sur la nuque, Ibushi est alors hébété et le plus expérimenté Mysterio saisit l'ouverture : il combine un Sprindboard Crossbody, obligeant Ibushi à se déporter à l'extérieur, et un West Coast Pop, à l'extérieur depuis le coin. Rey-Rey le ramène à l'intérieur pour un Springboard Hurricanrana mais la force d'Ibushi a raison de lui - il réussit à porter son Last Ride Powerbomb ! Il essaye ensuite d'envoyer Mysterio, tête la première, dans le coin avec son Lawn Dart mais Rey le contre en DDT au dernier moment pour lui écraser la tête dans le coin à sa place.

C'est l'heure du 619 ! Il réussit à envoyer Ibushi, grogui dans les cordes mais Ibushi revient et surprend Mysterio dans sa course avec une Lariat tonitruante. La moitié des Golden Lovers prépare 'El Colibri' pour son combo Running Shooting Star Press-Moonsault mais Rey arrive à placer ses genoux à temps et à le rouler pour un "nearfall". Ibushi lui assène une myriade de coups à une vitesse impressionnante mais Rey esquive son Spin Kick et le renvoie dans les cordes pour un 619 express. Il tente alors d'enchaîner avec un West Coast Pop mais Ibushi se retourne, se baisse et exécute un Pele Kick ! Il ne perd pas une minute et le finit avec son Kamigoye !

Après sa victoire, 'The Golden Star' redress un Rey Mysterio déçu qui accepte la main tendue du Japonais. Les deux posent enfin ensemble sous une ovation du public.

Victoire : Kota Ibushi

NWA World's Heavyweight Championsip - #1 Contender's Battle Royal : Colt Cabana vs. Matt Cross vs. MJF vs. Joey Janela vs. Chico El Luchador vs. The Hurricane vs. Myron Reed vs. Curt Stallion vs. Trey Miguel vs. Ace Romero vs. Ethan Page vs. Brian Pillman Jr.

Résultat de recherche d'images pour "matt cross 2018"Contexte : Après ce match de haut acabit, rien de telle qu'une petite bataille royale pour reprendre un peu nos esprits avant de passer aux plats de résistance. Cette Batte Royal mélange des noms déjà annoncés officiellement pour le show et la convention Starrcast ainsi que quelques noms de la scène indépendante locale de Chicago.

Narration : Après les éliminations de Reed, Miguel, Stallion, Chico, Hurricane, Page, Pillman Jr. et une très dure du plus imposant Ace Romero, il ne reste plus que Cabana, Cross, MJF et Janela dans le "Final Four".

MJF - en bon opportuniste - profite que Joey Janela se soit tourné vers le public pour l'éliminer, presque instantanément, générant la colère de la majorité des fans orésents. Mais passant de trop temps à parader pour les provoquer, MJF se fait lui-même dégager par le natif de Chicago, Colt Cabana !

Il ne reste alors plus que lui et un autre vétéran du circuit indépendant, Matt Cross (alias Son of Havoc, dans Lucha Underground). Après quelques échanges, les deux hommes se retrouvent sur le bord du ring et s'échangent des coups d'avant-bras. Cross réussit à étourdir Cabana, qui s'affesse sur le bord du ring. Matt Cross monte alors sur la troisième corde et, après une hésitation, lui assène un Diving Double Stomp ! Tordu de douleur, Cabana roule sur le sol, octroyant la victoire à Matt Cross - prochain challenger du nouveau champion, Cody !

Victoire : Matt Cross

Ladder Match : The Alpha Club (Chris Jericho & The Young Bucks) vs. SoCal Uncensored (Chris Daniels, Kazarian & Scorpio Sky)

Résultat de recherche d'images pour "chris jericho being the elite"Contexte : Il est désormais temps de passer au premier des deux "co-Main-Events".

SCU (... S-C-U !!!) arrivent les premiers. Comme à son habitude, Scorpio Sky déclare que "c'est la pire ville où il soit jamais allé", tandis que Kaz surenchérit et qu'un Daniels indigné avoue qu'ils sont venus ici sans même connaître leurs adversaires. Les Young Bucks débarquent alors, déclarant à SCU (... S-C-U !!!) qu'ils pouvaient se calmer : leurs adversaires, ce sont eux. Kaz leur signale qu'ils sont en nombre inférieur, et donc qu'ils allaient se faire humilier dans leur propre show et dans cette ville minable.

Matt alors dit à Kaz "wait for..." et Nick ajoute "... It !". Les lumières s'éteignent. Elles se rallument sur un Chris Jericho de dos, affublé d'une veste à l'effigie de l'Alpha Club' et assortie à celles des Young Bucks, désormais de dos eux aussi. Jericho s'empare d'un micro et annonce à Scorpio Sky (dont il écorche le nom évidemment) que ce match va être "le pire match qu'il ait jamais vécu !".

Narration : Les deux trios n'attendent pas de rejoindre le ring et s'empressent de s'échanger des coups sur la rampe d'entrée. Daniels s'empare d'une chaise mais se reçoit un Superkick de Nick et Matt enchaîne avec son Twisting Cutter depuis le bord du ring, sur Kaz. Le trio d'un soir domine pas mal les fiers Californiens du sud avec quelques prises exécutées avec les échelles. Nick effectue notamment un X-Factor sur Scorpio Sky dans le ring, pour ensuite enchaîner avec un Moonsault à l'extérieur et atterrir sur Daniels allongé sur une échelle.

SCU arrivent à revenir quelques minutes plus tard, de manière très agressive, malmenant Jericho sur le ring. Le trio s'attire les foudres du public en faisant couler le sang de 'Y2J'. C'est à cet instant que les Bucks of Jericho reviennent reprendre l'avantage : un More Bang For Your Buck sur une échelle passe très proche de la victoire. La tension est à son comble quand SCU essuient un combo Superkicks-Codebreaker. Y2Jackson décident d'en finir avec un nouveau Codebreaker de Jericho sur Kaz suivi d'un Meltzer Driver des Bucks depuis une échelle !

Victoire : The Alpha Club

IWGP Heavyweight Championship Match : Kenny Omega © vs. Jay Lethal

Résultat de recherche d'images pour "kenny omega vs jay lethal"Contexte : Nous y sommes : deux des meilleurs catcheurs de leurs fédérations respectives, la ROH et la NJPW, vont s'affronter pour le prix que Kenny Omega a si durement mérité, pour clôturer ce show exceptionnel.

C'est un Jay Lethal nouvellement champion du monde de la Ring of Honor et complètement remis de son problème de dédoublement de personnalié, qui a la chance de remporter - peut-être - le Saint Graal et d'accompagner la 'Best Bout Machine' dans ce Main-Event historique.

Narration : Les deux se jaugent pas mal en début de match - non pas que ce soit une première, ils s'étaient déjà affronté dans le tournoi pour couronner le premier IWGP US Heavyweight Champion lors du premier NJPW G1 Special In USA, en 2017.

Lethal essaye de travailler la jambe d'Omega mais ce dernier arrive à le repousser et à exécuter rapidement un Kotaro Krusher. Il chauffe le torse de son adversaire ensuite avec plusieurs Chops, mais après quelques minutes en difficulté Lethal arrive à revenir avec un Dropkick dans la jambe droite d'Omega. Jay se met à travailler dessus, mettant Omega en péril dans plusieurs soumissions et étirements de cette jambe. Il tente une Figure Four Leglock mais le champion le repousse et l'envoie à l'extérieur. Omega enchaîne bien avec un Dropkick entre les cordes pour laisser Lethal à l'extérieur. Les percussions au rythme du Terminator retentissent alors qu'Omega place son Tope Con Giro malgré des difficultés de mobilité. Il renvoie Lethal dans le ring, tente un Crossbody mais il atterrit les côtes sur le genou de Lethal, qui enchaîne avec une Lethal Combinaition. Il tente sa Lethal Injection pour en finir mais se prend un V-Trigger dans la nuque. Omega le positionne pour un One-Winged Angel mais Lethal passe par derrière et lui assène un Chop Block dans sa jambe !

Les deux se rendent donc coups pour coups. Lethal descend sur Omega avec son Diving Elbow Drop mais ce dernier a relevé les genoux : Lethal se relève de douleur et le champion en profite pour le renverser avec un Poison Frankensteiner, suivi d'un méchant V-Trigger ! Il essaye de le mettre sur ses épaules mais Lethal se bat bien. Le champion de la ROH tente un Enzuigiri mais Omega se baisse et lui met un autre V-Trigger dans la mâchoire avant d'en terminer un One-Winged Angel qui touche enfin !

Victoire : Kenny Omega

Post-Match : Après cet excellent Main-Event, Kenny Omega fait son habituel discours, remerciant les fans d'être venus à ce show historique. Même s'il a été la star de ces 25 dernières minutes, il n'est pas la véritable star de ce show et celui qui devrait être le plus acclamé aujourd'hui. Il laisse ensuite les Young Bucks & Cody arriver. Ils remercient alors également le public, regardant le show en personne ou à distance, de les avoir aidé à étendre leur vision du catch indépendant. Ils annoncent qu'ils ont une dernière surprise. Cult of Personality, de Living Colour retentit alors, sous une réaction monstrueuse, pour accompagner l'entrée de nul autre que CM Punk !

Le sourire aux lèvres, il prend enfin le micro et déclare qu'il n'attendait pas un tel accueil et que cela fait du bien d'entendre une telle réaction dans SON élément. Il continue : "j'ai regardé le show en coulisses depuis le début et il faut dire qu'il a ravivé une certaine flamme en moi, quelque chose que je n'avais pas ressenti depuis longtemps. Voir tous ces efforts être récompensé par une place dans la grande histoire du catch, surtout pour deux 'self-made men' et un paireur comme Cody ...". Cody lui répond : "une certaine flamme hein ? Ca veut dire ce que ça veut dire, non ?". Punk répond ensuite sur un signe hésitateur sous les hourras de la foule !

Les Young Bucks concluent le show finalement avec de derniers remerciements, levant les bras de Punk, Cody et Omega, et iniciant un chant "All In ! All In ! All In !".

All In : un show parfait pour le "fantasy booking"

Cody cornette face

"C'est juste un premier jet de la carte pour All In ..." - Being The Elite #105 ("Breaking News") ... voilà ce qu'on appelle une belle "Jim Cornette Face" de Cody.

Dans moins de trois mois se déroulera "All In", un show indépendant auto-financé dont tous les fans de catch (ou presque) parlent et dont certains spécialistes attendent qu'ils changent le catch pour toujours. Avec l'attente chauffe l'impatience et l'excitation. Avec les deux réunies bouillonne l'imagination. Le catch, ses personnages et ses "storylines", est fait pour être décortiqué, prédit, imaginé. Ainsi, d'aucun fan de catch ne pratique pas, même inconsciemment, le "fantasy booking" : un art réservé aux fans et aux critiques pour imaginer eux-mêmes la composition et le déroulement d'un show, voire le fonctionnement d'une promotion. Pour boucler la boucle de ce raisonnement, All In, ses annonces à retardement et ses mystères (non sans l'aide de sa web-série associée, Being The Elite), est le show parfait à "fantasy booker".

A LIRE : "All In", révolution en vue ou simple OVNI ?

Dans cette optique, au cours des prochaines semaines (avant que la carte entière officielle soit dévoilée et qu'il soit trop tard), une fine équipe de rédacteurs de The Alt va tenter de confronter leur imagination "alternative" pour vous délivrer leur meilleure version prédictive de All In. Ce sera ensuite à vous de juger pour le rédacteur le plus imaginatif et pour le "fantasy booking" le plus attrayant !

Pour commencer ce petit concours amical de "fantasy booking", j'opterais ici pour une carte complètement détaillée (dans l'ordre du déroulement du show), influencée seulement par le contexte actuel et l'avancée des "storylines" dans BTE, des personnes et faits déjà officiellement annoncés et des affinités soupçonnés des intéressés avec le reste du monde du catch. Par ailleurs, chaque match comportera un brin plus ou moins dense de narration, justement pour dégager l'imagination qui déborde au fur et à mesure que le véritable événement approche !

Détails :

https://pbs.twimg.com/media/Dfg3OPkVMAEj8Yo.jpg:large Annonceur : Bobby Cruise (ROH)

All In, par ses concepteurs et organisateurs, Cody et les Young Bucks, est de facto fortement connectés à la Ring of Honor, la New-Japan Pro-Wrestling et la Pro-Wrestling Guerrilla. Comme pour ses arbitres, le trio fera forcément appel aux meilleurs personnels possibles en provenant. Bobby Cruise est l'un des annonceurs historiques de la ROH et sa voix est déjà identifiée, par les fans, avec la majorité des têtes d'affiche.

Commentateurs : Kevin Kelly & Don Callis (NJPW)

Le duo est emblématique des grands "super-shows" de la NJPW et comptent désormais parmi les meilleurs commentateurs anglophones. Kevin Kelly est très au faite des stars de la Ring of Honor déjà prévues pour le show et surtout des "storylines" entourant le Bullet Club. Quant à Don Callis (déjà "officialisé" lors de NJPW DOMINION 2018 et qui ne rechignera pas pour un peu de publicité offerte à Impact Wrestling), il est un excellent "color commentator" et est un proche de Kenny Omega - les fans connaissent déjà ses positions sur ce qui entoure la 'Best Bout Machine'.

J'avoue avoir pensé à Excalibur, l'un des "bookers" et l'excellent commentateur "play-by-play" de la PWG. Il serait parfait pour un show véritablement indépendant et aussi historique qu'All In. Néanmoins, difficile de savoir si il irait de pair avec Don Callis, en remplacement du moins fun mais très pro Kevin Kelly.

Diffuseur (potentiel) : Twitch ou AXS TV

Il est encore incertain qu'All In sera diffusé en direct, que ce soit en Pay-Per-View régulier, "gratuitement" à la télévision ou sur une plate-forme web. Cody pousse actuellement le slogan que le show est un chapitre de l'histoire du catch à voir sur place. Néanmoins, aucun doute qu'avec le succès des ventes et, par conséquent, l'important nombre de fans frustrés, All In sera d'une façon ou d'une autre observable à distance.

Compte tenue la volonté de Cody et les Young Bucks de partager leur vision au plus grand monde, j'imagine que le show sera disponible en direct plus ou moins gratuitement. Deux options (forcément concurrentes ?) se présentent ainsi selon moi : une diffusion sur Twitch, déjà prisée entre autres par Impact Wrestling, l'AAA et House of Hardcore, ou sur le diffuseur américain, plutôt adaptable et enthousiaste, de la NJPW, AXS TV. Le second sera sans doute le bon, mais peut potentiellement être contraignant d'un point de vue production pour les organisateurs et rattacher un peu trop leur show ultra-indépendant à la NJPW ...

Flip Gordon & Brandi Rhodes vs. D.I.R.L. (Trent Barreta & Chuck Taylor)

http://www.wrestlezone.com/assets/uploads/2018/05/Flip-Gordon.jpg Contexte : Flip Gordon est pour BTE, ce qu'était Grado pour l'Insane Championship Wrestling il y a quelques années : il cherche tant bien que mal à être "booké" à All In. Dans le même temps, il s'est empêtré dans une histoire de semi-triangle amoureux (à la Triple H-Stephanie McMahon-Kurt Angle en 2000) avec Brandi Rhodes, la femme de Cody. Flip rapidement "friendzoné", Brandi le considère néanmoins comme un très bon ami et l'accompagne dans sa quête. Les deux forment un duo attachant qui pourrait amener un peu d'Intergender Wrestling sur la carte.

L'équipe Best Friends, aujourd'hui dans CHAOS à la NJPW, ne s'est quant à elle pas beaucoup fait remarquer ces temps-ci dans Being The Elite. Les deux larrons ne sont d'ailleurs pas encore officiellement annoncés pour le show. Leur "gimmick" récurrente de brutes pathétiques et imbuvables (autrement dit : "Dicks in real life", d'où mon D.I.R.L.) seraient les parfaits antagonistes pour se moquer de l'amitié de Flip Gordon et Brandi Rhodes et menacer le "booking" du premier au dernier moment.

Ce "Special Tag Match" est le parfait "opener" pour All In. La voltige de Flip Gordon, alliée à l'explosivité de Barreta, l'humour de Chuckie T et Brandi, le tout imprégné de la "storyline" les regroupant et les "gimmicks" les définissant formulent bien ce qu'incarnent Being The Elite et ce show : la création indépendante d'une "nouvelle Attitude Era".

A LIRE : Comment le catch raconte une histoire en 2018

Narration : Au début du match, alors que la sonne n'a même pas encore sonnée, D.I.R.L. font tout pour embêter le duo adverse, les taquinant pour provoquer l'affrontement. Flip prend vite la défense de sa partenaire et s'engouffre dans le match. Barreta le rétame aussi sec et commence alors une domination des "heels". Grâce à ses numéros d'acrobatie, Gordon s'en sort et passe la main à Brandi ... qui, très rapidement, perd l'avantage. D.I.R.L., et en particulier Chuck Taylor, la malmène, l'insulte et l'humilie.

Chuckie T trop confiant, Brandi tente plusieurs fois de passer la main, sans succès. Barreta prend ensuite les choses en main, il est beaucoup plus violent. La scène est limite malaisante et le public s'enflamme autant que Flip pour renverser la tendance sur le ring. Ce dernier déjoue une tentative de triche de Chuck Taylor, réussit à être tagué et fait le ménage. De contres en contres, il arrive finalement à faire le ménage puis à placer un 450° Splash sur Chuck Taylor et remporter ainsi le match pour son équipe ! 

Au comble du bonheur, le jeune Gordon embrasse Brandi ! Elle le repousse gentiment et finit de célébrer leur victoire ensemble.

Victoire : Flip Gordon & Brandi Rhodes

Women's Gauntlet Match : Tessa Blanchard vs. Chelsea Green vs. Penelope Ford vs. Britt Baker vs. Santana Garrett vs. Leva Bates v. Mia Yim vs. Mandy Leon vs. Madison Rayne

Contexte : Toutes les catcheuses ici présentent ont d'ores et déjà été annoncées pour All In et/ou la convention Starrcast. Ne manque que Deonna Purrazo,  de la jeune division féminine de la Ring of Honor, qui s'apprête à rejoindre la WWE et donc ne sera potentiellement pas de la partie le 1er septembre prochain.

Sans réelle "storyline" (pour l'instant) dans BTE pour leur donner une direction, le but de ce fourre-tout était ici de leur donner à chacune une place sur une carte déjà bien remplie. L'option du Gauntlet Match (à élimination au tour-par-tour) permet à chaque catcheuse de briller équitablement et à certaines parmi elles - je pense à Tessa Blanchard ou Mia Yim - de servir de bases solides pour les autres afin de rendre le match cohérent, niveau in-ring, et fluide.

Enfin, pour rajouter un peu plus d'historicité, j'ajouterais Gail Kim (désormais à la retraite, mais invitée au Starrcast) aux commentaires.

Narration : Une fois l'arrivée de Gail Kim à la table des commentateurs, le Gauntlet débute avec les talentueuses Mia Yim et Santana Garrett, vétérans du circuit indépendant féminin. L'idée est de donner à Mia Yim le meilleur parcours possible, tant elle est polyvalente et peut ainsi faire briller ses adversaires. Après cette premère élimination difficile, elle enchâine plutôt facilement les Ford, Baker, Leon et Green du groupe. Madison Rayne, quant à elle, lui pose davantage de problèmes, la fatigue n'arrangea rien.

Epuisée, elle s'en sort in extremis mais doit désormais affronter la dernière compétitrice, star du groupe et favorite du match : Tessa Blanchard. Cette dernière est hyper-confiante et prend son temps pour rentrer sur le ring. Le duel féminin de la soirée débute alors. Tessa joue d'abord les "heels", tel un chat s'amusant avec une souris blessée, puis devient de plus en plus agressive à mesure que Mia regagne du terrain. La rencontre s'équilibre et les "nearfalls" s'enchaînent. Mia Yim est proche d'une victoire marathon inespérée ... Jusqu'à ce que Tessa Blanchard l'interrompt avec un astucieux Small-Package et empoche la victoire ! 

Alors que Mia Yim (signalant à la gagnante qu'elle était "à ça") est dégoûtée et le public de Chicago applaudit la performance des deux femmes, Tully Blanchard apparaît pour féliciter sa fille, plein d'arrogance, sur le ring.

Victoire : Tessa Blanchard

Kazuchika Okada vs. Jay Lethal/Black Machismo

https://aleheads.files.wordpress.com/2011/11/blackmachismo.jpgContexte : Dans une "storyline" récente sur BTE, Jay Lethal souffre d'un problème de schizophrénie par contact : à chaque fois qu'une personne le tape sur l'épaule, son ancienne "gimmick" de Black Machismo (se prenant pour 'Macho Man' Randy Savage) surgit jusqu'à ce que la personne en question ne le touche à nouveau. Le véritable Jay Lethal oublie ces accès de folie mais comprend depuis peu l'anormalité de sa situation et a tenté de recevoir un traitement sans succès ("I give you six months to live !" lui a dit Marty Sc... l'un des docteurs).

Quant à notre 'Rainmaker' international, il est présenté comme l'une des "special attractions" du show. Et, même s'il vient de perdre sa ceinture de champion poids-lourd IWGP à NJPW DOMINION 2018, il reste méritant d'un match de haut acabit et donc d'un adversaire digne de ce nom. Jay Lethal, qu'il n'a jamais affronté en face-à-face, est selon moi la catcheur parfait pour nous sortir un classique face à Okada. Ajoutons à cela toute cette "storyline" de dédoublement de personnalité refoulée, et la dimension narrative qu'elle implique, et la dynamique de ce match en devient encore plus intéressant !      

Narration : Les semaines précédant le show, la schizophrénie de Jay Lethal s'est agravée : Black Machismo, son alter-égo, persiste (aussi bien sur BTE que sur les rings de la ROH). Alors qu'All In approche, les fans et les personnalités de Being The Elite se demandent quel Jay Lethal se montrera au Sears Center. Okada (qui aura peut-être remporté le G1 Climax 28 d'ici là, qui sait ?), quant à lui, se plaint de l'adversaire "diminué", déboussolé mentalement et indigne de son prestige qui lui reste à affronter lors de ce show historique.

Le doute plane jusqu'à l'entrée en scène de Jay Lethal qui apparaît en Black Machismo complet. Le 'Rainmaker', confiant et agacé ne pas faire face à un adversaire "sérieux", la joue relâché, voire détaché, moquant cette pathétique imitation de Randy Savage. Mais Black Machismo n'est pas simplement le meilleur sosie du 'Macho Man', il est aussi lui-même un superbe catcheur sur le ring et il arrive à déjouer et étonner plusieurs fois l'ancien champion poids-lourd IWGP. Surpris, Okada se laisse entraîner dans une mauvaise passe. Black Machismo s'approche même plusieurs fois de la victoire ! Intelligent, le leader de CHAOS reprend de l'aplomb, devient agressif et arrive à placer une violente Rainmaker Lariat à son opposant !

Sous l'effet du choc, Lethal roule à l'extérieur du ring. Quand il se relève, il semble avoir repris ses esprits : il regarde autour de lui avec étonnement et confusion. Il se regarde lui-même, constate son accoutrement "Macho-Man-esque" et enrage, comprenant qu'il a eu encore un accès de folie. Puis il réalise deux choses : d'une part, il a enfin repris le contrôle sur lui-même - le vrai Jay Lethal est de retour ! - et d'autre part, il est contre un quasi-invincible japonais d'1m90 ! Il revient sur le ring en furie avec un Springboard Missile Dropkick puis une Lethal Combination ! Il effectue une première Lethal Injection, sa prise de finition personnelle, qui reste sans succès. Alors qu'il s'apprête à tenter une deuxième, il hésite puis prend la décision surprenante de monter sur la troisième corde et d'étaler Okada avec un Macho Man Elbow (le "finisher" du Black Machismo) ! Il ne tente pas le tombé et choisit de préparer une dernière Lethal Injection : il se jette dans les cordes et quand il rebondit pour attraper Okada, celui-ci le bloque et le retourne à la vitesse de l'éclair pour l'oblitérer d'une dévastatrice (et fatale) Rainmaker Lariat !

Premier "match de la soirée", les fans applaudissent la performance des deux hommes. Lethal, déçu par la défaite mais soulagé de s'être débarrassé de sa schizophrénie (c'est ça le catch !), tend une main respectueuse à Okada qui lui serre, plein d'honneur, et en profite pour lui taper amicalement sur l'épaule avant de repartir. Jay sursaute, s'attendant à perdre une nouvelle fois la raison, mais s'aperçoit, en regardant autour de lui, qu'il est toujours lui-même. Le public se marre alors qu'il sourit, soupire soulagé et repart lui aussi, remerciant les fans.

Victoire : Kazuchika Okada 

Chicago Street Fight : Joey Ryan vs. Hangman Page (Special Guest Referee : Stephen Amell)

https://i0.wp.com/fightboothpw.com/wp-content/uploads/2018/03/h.png?resize=400%2C240Contexte : Cette rivalité entre Joey Ryan et Hangman Page dure depuis de longs mois aujourd'hui. Elle a réellement permis d'établir le personnage d'Hangman comme central, et non seulement comme "sidekick" de Cody. Pour rappel, jaloux des attributs masculins du 'Mustache Playboy', Page l'avait provoqué en duel sur le ring de Bar Wrestling, sa propre petite promotion. Suite à la "victoire" de Joey Ryan et après ruminé son humiliation plusieurs semaines, Hangman l'avait violemment agressé dans sa chambre d'hôtel à Tokyo. Ryan a depuis été laissé pour mort dans l'émission et une enquête suit son cours.

Actuellement, des images de vidéo-surveillance ont été révélées accusant, non pas Hangman Page (véritable auteur du "meurtre" et donc l'homme encapuchonné repéré par la caméra de l'hôtel en question), mais l'acteur principal d'Arrow et grand ami de Cody, déjà "booké" pour All In, Stephen Amell (et ça, c'est le mystérieux japonais aux vidéos de surveillance, à la voix similaire à celle de Curry Man, qui le dit).

Si Hangman est pour l'instant innocenté et Joey Ryan toujours considéré mort (c'est son "fantôme" qui est annoncé pour la convention Starrcast) dans le contexte actuel de cette "storyline", nul doute que dans les semaines précédant le fameux show, c'est deux choses auront été réglées. Ainsi, un affrontement final et brutal entre les deux hommes est inévitable pour All In. L'occasion pour Joey Ryan de se venger, pour Page de l'"éliminer" une bonne fois pour toutes ... et pour Amell, innocenté, de participer activement sans piquer le spot d'un catcheur sur la carte !

http://s1.storage.akamai.coub.com/get/b70/p/coub/simple/cw_image/7e2d54a3e6b/7a5d3046c0f70fd477132/med_1471388251_00032.jpg Narration : Si le titre officiel de ce "feud ender" est "Chicago Street Fight", l'ambiance est plutôt proche d'un Deathmatch ou d'un Guerrilla Warfare Match ! (Et non pas un pseudo "Unsanctionned Match" trop à la mode et injustifié pour un match en milieu de carte.) Joey Ryan arrive en tenue civile (pour coller avec le contexte du "Street Fight" compagnie de sa femme, la catcheuse Laura James, tous deux dans une rage équivalente. Hangman Page, lui aussi habillé casuellement en cow-boy moderne, n'hésite pas à penser qu'il pourra encore s'en sortir et commence par provoquer cette dernière. Pour lui répondre, Joey Ryan se jette littéralement sur lui et l'entraîne rapidement en dehors du ring. Le combat se transforme sans surprise en bagarre de chiffoniers sans merci : Joey domine Page et l'emmène dans le public "ECW style". Les deux hommes, suivi de près par un Stephen Amell très laxiste, s'échangent des droites, des coups de chaise et de verres de bière ainsi que les projections contre les murs du Sears Center.

Pour aller à fond dans l'esprit "Street Fight", les deux rivaux s'engouffrent dans les rues sombres de Chicago à l'extérieur de l'arène où quelques fans en délirent les suivent de près. Après un coup de poubelle et une projection contre le flanc d'une voiture, Hangman Page a repris l'avantage sur son furieux rival et le ramène à l'intérieur de l'arène. Les caméras retrouvent un Joey Ryan titubant alors qu'on aperçoit son adversaire montant sur le premier balcon au-dessus de lui ... et effectuer un magnifique et dévastateur Moonsault ! Page se relève le premier et repousse progressivement Joey vers les abords du ring. Alors qu'il s'apprête à en finir sur le ring, il est abordé par Laura James, restée là à observer la bagarre de loin. Elle lui crache à la figure et lui met une violente claque pour contrer ses avances psychopathiques. Page l'attrape violemment et se prépare à la fouetter avec sa ceinture, sans prendre en compte les cris de réprimande d'Amell. Ce dernier, constatant l'état comateux de Joey Ryan, décide de prendre sur lui : il monte sur la troisième corde et saute sur Hangman en Somersault Plancha !

L'arbitre super-héros ramène le bras-droit de Cody sur le ring à temps quand Joey Ryan se relève. Laura James lui glisse, quant à elle, un sac que ce dernier s'empresse de déverser sur le ring : des punaises,des morceaux de Lego ... et une sucette ornée de punaises ! Le 'Mustache Playboy' la met d'abord délicatement dans sa bouche puis la fourre violemment dans celle du Hangman et termine par un Superkick, sous les chants "You Sick Fuck !" des fans de Chicago. Joey tente ensuite d'en finir en préparant un Mustache Ride sur les punaises mais la prise est renversé et Page le positionne pour un Rite of Passage. Pris d'un rire sadique, celui-ci perd du temps et est lui-même contré : Ryan se retrouve les pieds au sol et repousse Page, à genoux, qui le cogne au niveau des parties génitales. Malheureusement pour lui, c'est là que se trouve l'arme secrète de Joey Ryan. Page se rend compte de son erreur et observe en panique sa main comme "collée" au slip de Joey Ryan. Les fans éructent de folie alors que Joey lui place sa You-Porn Suplex sur le tapis de punaises et Legos pour le compte de trois !

Victoire : Joey Ryan      

Rey Mysterio Jr. vs. Marty Scurll

http://www.ringsidenews.com/wp-content/uploads/2018/03/DZLh0AfWAAATYcB.jpg?x57727 Contexte : Cette rivalité n'a (pour le moment) pas lieu dans Being The Elite mais seulement sur les rings de la New-Japan Pro-Wrestling. A Strong-Style Evolved, Rey Mysterio blessé était resté sur le banc de touche à regarder Will Ospreay vs. Jushin 'Thunder' Liger avant d'être agressé, comme ces deux derniers, par un empêcheur de tourner en rond du nom de Marty Scurll. A DOMINION, théâtre des débuts de Rey Mysterio sur un ring de la NJPW, Marty l'avait provoqué en duel dans un 6-Man Tag Match, comprenant par ailleurs Hiroshi Tanahashi, Liger, Cody et Hangman Page.

Clairement, le mexicain et le 'Villain' n'en ont pas terminé et All In, show auquel ils sont tous les deux "bookés", est l'occasion parfaite pour régler leurs comptes dans le match poids-léger trans-générationnel et inter-stylistique.      

Narration : Lorsque la cloche sonne, Marty est toute en arrogance face à la légende américaine de la Lucha Libre. Rey-Rey, sérieux comme jamais et prêt à fermer le clapet du jeunot, lui assène plusieurs Low-Kicks piquants et lui montre qu'il est tout aussi capable de le malmener à 43 ans et presque autant d'opérations des genoux ! Néanmoins, calmé et ainsi provoqué, la cruauté du 'Villain' ressurgit et il reprend vite l'avantage et commence à torturer le luchador de Tijuana. Mysterio a du mal à revenir face aux assaults techniques et stiffs de Marty Scurll.

Il reprend néanmoins le dessus après un regain de confiance de Marty, redevenu trop négligent : en le poussant nonchalament dans les cordes, Rey le contre avec un impactant Yoshi Tonic ! Expérimenté, le vétéran masqué ne perd pas de temps à enchaîner avec plusieurs prises agiles et rapides. Plus jeune cependant, Scurll profite d'une petite opportunité pour l'assomer. Affolé, il annonce rapidement son Crossface Chickenwing. Mais, dans sa pirouette fétiche, se fait arrive étourdir par un Dropkick dans le dos, le faisant chuter position pour le célèbre 619. Mysterio l'effectue à la perfection et se précipite sur la troisième corde pour un Frog Splash en combo : son adversaire le contre en levant les genoux dans sa chute, et continue en le renversant pour un Small Package ... 1 ... 2 ... et Mysterio s'en sort !

Marty est furieux et tente un autre Crossface Chickenwing : Rey-Rey le bloque et saute en arrière par dessus sa tête pour s'extirper de spn étreinte. Ce dernier le pousse dans les cordes, mais cette fois Marty rebondit dans les cordes et l'éclate d'une Jawbreaker Lariat ! Les deux hommes restent à terre ensemble jusqu'à ce que le luchador se relève le premier. Il court vers les cordes, saute sur la deuxième et plonge en arrière pour arriver sur les épaules de Marty - l'une de ses vieilles techniques avant de procéder par un Hurricanrana et un tombé surprise. Le Britannique sent le coup venir, le décroche vite de ses épaules et l'attrape enfin dans un Crossface Chickenwing ! Mysterio est coriace et résiste plus qu'il en faut avant finalement d'abandonner lentement. 

Sautant de joie dans le ring, Marty Scurll est sur-excité de sa victoire et rit du perdant. Plein d'honneur malgré la défaite, ce dernier veut - à la manière de Lethal plus tôt, lui serrer la main. Scurll prend un air plein de honte et de timidité et accepte sa marque de respect ... avant de lui placer un coup de pied dans l'entrejambe et de lui arracher une nouvelle fois son masque, comme à Long Beach ! Alors que l'arbitre aide la légende à se relever et que le public lui fait une "standing ovation" empreinte de respect, les commentateurs impliquent qu'une revanche ne serait pas à éliminer pour Wrestle Kingdom 13 .... ou l'hypothétique All In 2.

Victoire : Marty Scurll       

NWA World's Heavyweight & ROH World Championships - Steel Cage Match : Nick Aldis © vs. Cody ©

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/f/f6/ALLIN2018poster.jpg

Contexte : Ce double match de championnat émane davantage de la web-série de la nouvelle NWA de BIlly Corgan, Ten Pounds of Gold, que de BTE. A l'origine, le chanteur des Smashing Pumpkins et Cody Rhodes avaient annoncés, lors de la première conférence de presse All In à Chicago, que le titre de champion du monde poids-lourd de la NWA serait remis en jeu le 1er septembre et que Cody en serait le prétendant, quoi qu'il arrive au détenteur actuel de la ceinture, Nick Aldis. Ce dernier, par excès d'arrogance et de susceptibilité, avait fermement déclaré qu'en tant que champion, il aurait dû être consulté avant qu'une telle décision soit prise et qu'il y opposait, en conséquence, son véto.

Résultat, à l'occasion de la tournée britannique de la Ring of Honor, Honor United, Cody lui avait fait face dans le ring pour lui proposer officiellement de faire partie d'All In et lui demander solennellement de bien vouloir remettre sa ceinture en jeu contre lui. Nick Aldis lui avait alors rétorquer le "deal" suivant : il mettra son titre en jeu à All In, seulement et seulement si Cody redevenait champion du monde de la ROH lors de Best In The World 2018, le 29 juin, et posait lui même son titre dans la balance.

Avec Dalton Castle blessé et Marty Scurll en prime dans le match de championnat prévu pour BITW, il ne fait aucun doute désormais que 'The American Nightmare' récuperera son titre et officialisera ainsi ce double match de championnat. Néanmoins, je verrais bien le malin Cody pimenter le tout. Le 'Son of a Son of a Plumber' est admiratif des anciennes guerres entourant le NWA World's Heavyweight Championship et All In est un peu son Starrcade '83. Ce dernier avait pour affiche le champion NWA de l'époque, Harley Race, face au 'Nature Boy' Ric Flair dans un Steel Cage Match à l'ancienne (sans victoire par fuite). Ainsi, je verrais très bien Cody, fort de son gain à BITW et de son avantage psychologique désormais en poche, faire une contre-proposition à un Aldis trop concentré sur son optique de victoire historique et pleine d'or. A All In, pas de blague, pas de moyen de tricher ou d'esquiver l'autre, deux champions entreront sur le ring et seul l'entre d'eux en ressortira couvert d'or. A All In, Nick Aldis et Cody se feront face dans une cage d'acier où le seul moyen est de vaincre ou soumettre son adversaire au centre du ring !   

A LIRE : Cody Rhodes, d'enfant prodige à superstar indépendant

Narration : Après une entrée pleine de confiance de Nick Aldis face aux huées majoritaires du public, Cody arrive tel un roi en compagnie de sa 'Bullet Queen', Brandi. Une fois les deux champions face-à-face sur le ring, la cage commence sa descente sur le ring. Cody, euphorique d'All In, du match lui-même et de cette salle débordante de fans, ne voit pas venir l'attaque vile du champion NWA. Les deux hommes sortent du ring alors que la cage vient de se poser sur les arêtes du ring. Aldis semble comme un requin attiré par le sang, il est prêt à étripper Cody le plus vite possible pour écrire l'histoire sur son propre ring ! 'The National Treasure' n'a jamais été aussi agressif : il malmène Cody contre la cage, l'envoie violemment contre les barrières, l'étale avec une Clotheline puis lui assène de brutaux coups de poing au sol. L'arbitre ouvre la porte de la cage et lui ordonne de ramener l'action entre les cordes. Après une longue argumentation, Aldis repousse gentiment une Brandi enragée et accepte de ramener Cody, au front déjà bien sanglant, sur le ring.

Trop posé et trop confiant, Aldis continue de se disputer avec l'arbitre - histoire de se faire respecter - et ne voit pas Cody se relever comme un possédé. Ce dernier crie de rage devant un champion NWA surpris, saute d'un pied sur la deuxième corde et lui place son Disaster Kick dans la tempe ! Cody le relève prestemment et tente de le projeter contre l'un des murs de la cage. Aldis bloque, l'écarte de quelques coups de coude dans l'abdomen, lui attrape le poignet, le repousse et le décapite d'une Short-Arm Lariat ! D'ici, le champion NWA reprend doucement le contrôle de la rencontre.

Plusieurs minutes sont passés quand 'The National Treasure' se décide à en finir avec panache. Boosté par l'histoire qu'il est à deux doigts d'écrire, Aldis ne renferme pas Cody dans sa King's Lyn Cloverleaf dans laquelle il venait de l'étreindre sans succès. Poster sur la troisième corde, il se dit, le sourire aux lèvres, que tant qu'à gagner, autant gagner avec une belle photo qui fera la "une" des médias le lendemain : il s'assoit donc sur le sommet de la cage, fait la pause et se lance dans un Diving Elbow ... mais chute sur le tapis du ring en contrebas ! Cody, même épuisé et ruisselant de sang, a réussi à esquiver à la dernière seconde. Il tente le tombé mais Aldis s'en extirpe. Les deux hommes, l'un épuisé et l'autre blessé, se remettent debout nez-à-nez et commencent à s'échanger mandale pour mandale ! 'The American Nightmare' prend l'avantage en griffant les yeux de son adversaire, qui s'écroule à ses pieds et lui répond avec un Low-Blow et un School-Boy : 1 ... 2 ... Cody s'en sort à 2,99 ! Aldis, se relevant péniblement, enrage et force l'arbitre à lui ouvrir la porte de la cage.

Une fois en dehors, il semble rechercher une arme sous le ring. Quand il trouve finalement une chaise du côté du ring donnant vers la rampe d'entrée, Brandi se précipite sur lui pour le lui prendre des mains. Fatigué et le bras droit blessé par sa chute vertigineuse quelques minutes plus tôt, Aldis peine à prendre le dessus, ce qui donne suffisament de temps à Cody pour reprendre ses esprits et grimper au sommet de la cage face à lui. Brandi réussit à arracher la chaise des mains d'Aldis, pétrifié à la vision du champion de la ROH se jetant à plusieurs mètres au-dessus de lui. Le public du Sears Center est en délire alors que Cody se relève, booster par l'adrénaline, et ramène le champion assommé sur le ring. Une fois qu'il l'a rejoint, il lui attrape la nuque, le coince et lui plante le crâne dans un Cross Rhodes retentissant ! S'en suit le compte de trois et une victoire historique pour le fils de Dusty Rhodes, champion unifié de la NWA et de la ROH !

Victoire : Cody

Superkick Party Championship - Ladder Match : Young Bucks © vs. Lucha Bros vs. SoCal Uncensored vs. The Briscoes

  

https://pbs.twimg.com/media/Ct4lo2DXgAAHaUb.jpgContexte : Après un match très "old-school", il faut à All In repasser un style plus "moderne", plus en "spot-fest". Un Ladder Match avec les Young Bucks (et pourquoi pas, pour cela, remettre au goût du jour leurs anciennes Superkick Party Championship Belts) est la solution parfaite. Car que serait un show indépendant d'une telle ampleur sans un match de l'échelle digne de ce nom ?

Pour leur faire face, il y a d'abord Rey Fenix et Penta El Zero M, ex-champions par équipe de la PWG et actuels champions par équipe de la Major League Wrestling (diffusée sur beIN Sports), déjà annoncés pour All In. Il faut ensuite compter pour sûr sur les frères Briscoe, encore champions Tag Team de la Ring of Honor, présents sur le tableau de "booking" fictif dans une aparté de Being The Elite. Et en parlant de l'émission, pourquoi ne pas ajouter un trio récemment très présent au second plan sur la web-série, d'anciens champions par équipe et trio de la ROH et des vétérans talentueux de la scène indépendante américaine, Christopher Daniels et Frankie Kazarian, épaulés par Scorpio Sky ?

Narration : Il serait difficile de décrire de ce match avec autant d'imagination que les 9 larrons qui y participent. Aussi, je ne m'intéresserais ici qu'à sa conclusion. 

Le public sent que la fin du match approche alors que les frères Jackson grimpent ensemble, doucement mais sûrement, les échelles placées au centre du ring pour récupérer leurs ceintures fétiches. Ils sont vite rejoints par les Lucha Bros et des membres des deux autres équipes. Des échanges de coups de poing au sommet des échelles s'en suivent, ne laissant plus que les Bucks et les Bros encore debouts et proches de la victoire. Rey Fenix se chamaille avec Nick Jackson mais prend l'avantage et arrive à lui placer un ahurissant Hurricanrana du haut de l'échelle ! Matt Jackson et Penta El Zero M regardent leurs frères respectifs au sol, bouches bées, puis leurs regards se croisent. Ils réalisent que la victoire se décidera entre eux deux seuls. Matt attrape le masque de Penta mais celui-ci lui presse violemment le crâne contre le sommet de l'échelle ... puis le fait tomber en arrière avec une claque en plein torse ! Penta décroche une première ceinture qu'il jette à son frère au sol et décroche la seconde qu'il brandit en l'air tandis que la cloche de la victoire retentit.

Après coup, une fois les Briscoe et SCU partis, les Young Bucks rejoignent les Lucha Bros au centre du ring en pleine célébration. Leurs dos en compote, ils leur prennent les ceintures des mains à la surprise générale. Après un dernier regard, ils leur remettent finalement eux-mêmes sur les hanches avant de lever leurs bras en signe de respect.

Victoire : Lucha Bros

Gimmick Battle Royal : Chico El Luchador, Joey Janela, Colt Cabana, Matt Cross/Son of Havoc, MJF, James Hellsworth, Hurricane Helms, The Blue Meanie, Jimmy Jacobs, Brian Cage, Robbie E, Dalton Castle, etc

https://yt3.ggpht.com/a-/ACSszfH-8zFefcssnSfQYgvHkdGCBmm-FdzzdNhT4A=s900-mo-c-c0xffffffff-rj-k-no Contexte : Parce que le show ne fera pas 7 heures comme presque tous les Pay-Per-Views modernes de la WWE, il est obligatoire de passer par un match bouche-trou et fourre-tout à l'instar du match féminin. L'idée de cette Gimmick Battle Royal trans-générationnelle est une reprise du concept de ce "match détente" de WrestleMania X-Seven, où d'anciens catcheurs plus ou moins renommés des années 1980 s'étaient affronter en pleine apogée de l'Attitude Era, pour laisser les fans de Chicago reprendre des forces, rigoler un bon coup, avant d'attaquer le véritable dessert.

Pour remplir les rangs de cette bataille royale, j'ai ajouté les derniers catcheurs annoncés pour All In ne pouvant figurer sur ma carte (comme Joey Janela et Matt Cross) ainsi que des catcheurs présents en dédicace pour Starrcast (tels que Brian Cage, Chico El Luchador - le personnage de Rocky Romero dans BTE - James Hellsworth, des vétérans non-retraités comme Hurricane Helms et, oui, même Robbie E). Enfin, je me réserve (comme le show lui-même sans doute) quelques surprises ci-dessous*.   

Narration : Après une élimination difficile, même en groupe, du monstrueux Brian Cage, les derniers participants restants sont Colt Cabana, James Hellsworth et la premier entrant du match, l'ancien champion du monde de la Ring of Honor (à compter de Best In The World 2018, voir plus haut), Dalton Castle, de retour après deux mois en convalescence. Il ne reste plus qu'un dernier arrivant à venir les rejoindre pour décider d'un vainqueur : et c'est nul autre que Chris Jericho qui fait sa lente et pompeuse entrée sur la scène d'All In. Malgré son envie de participer à All In évoquée dans le dernier Being The Elite post-DOMINION 2018 et son refus précautionné pour ne pas éreinter sa marque, le "Mister Swerve" fin "business man" de la planète catch compte bien être de la fête et rafler au moins l'une des mises !

Cabana et Castle épuisés, Jericho s'en prend de suite à James Hellsworth, lui faisant face les poings hauts et serrés. Il le ridiculise verbalement, lui met quelques claques sur la tête puis s'en prend une dans la mâchoire. Furax, il se jette sur lui, les genoux devant, pour lui briser la sienne avec son Codebreaker et le jeter par-dessus la troisième corde. Colt Cabana et Dalton Castle se sont relévés et s'en prennent à lui, sans succès. Les deux plus jeunes maîtrisés, 'The Alpha' se sent le roi du monde et ne voit pas arrivé l'assaut de Cabana. Ce dernier tente de l'éliminer mais Jericho, roublard, le fait passer par dessus la troisième corde. Cabana se réceptionne sur le tablier du ring, les mains accrochées aux cordes. Jericho le voit et lui fait lâcher les cordes : Cabana perd l'équilibre et tombe.

Y2J, hilare, l'insulte ... tandis que Dalton Castle se prépare à l'attraper puis le soulève et l'étale avec une superbe German Suplex ! Il est déjà prêt pour une seconde mais Chris Jericho lui place un coup de pied dans l'entrejambe. Toujours debout, Castle arrive cependant à le réceptionner en plein Codebreaker, à le repositionner et le faire valser dans son Bang-A-Rang ! Jericho se relève, complètement étourdi, et passe par-dessus la troisième corde avec une furieuse Clotheline du 'Party Peacock' qui remporte la bataille royale !

* : Chris Jericho a beau dire qu'il ne sera pas à All In, je ne pense pas qu'il ratera l'occasion immense de promouvoir sa croisière Rock N'Wrestling Rager le mois suivant le show. Sa défaite face à Dalton Castle ne serait ainsi pas anodin : non seulement, c'est une manière pour Cody (l'un des "bookers" en chef sur All In) de le "rembourser" de sa perte du titre de ROH World Champion à son profit, mais surtout, Dalton Castle sera le "Cruise Director" de la dite croisière.  

Victoire : Dalton Castle

IWGP Heavyweight Championship Match : Kenny Omega © vs. Kota Ibushi

https://78.media.tumblr.com/676bffe8ab6893805fb0469b1c9a81e1/tumblr_inline_nra4viIPdH1qa6wh9_500.pngContexte : It's time for your Main-Event of the evening ! Comme vous le savez, Kenny Omega a finalement remporté le titre de champion poids-lourd IWGP de la NJPW, des mains de l'invincible record-man Kazuchika Okada, dans un 2 out of 3 Falls Match de près de 70 minutes lors de DOMINION. Il est officiellement l'étendard de tout ce qui n'est pas estampillé "WWE" sur la surface de la planète catch. De fait, il ne peut être placer autrement qu'en tête d'affiche du show anti-establishment par excellence qu'est All In et, qui plus est, dans le meilleur match possible d'une soirée promettante déjà d'être exceptionnelle !

Comme il est difficile d'imaginer que la 'Best Bout Machine' fera si vite face à Okada lui-même à Chicago, et qu'il affrontera déjà Cody au G1 Special in San Francisco, je ne le vois pas plus jouer le trio The Elite avec les Young Bucks comme à un vulgaire "cross-over show" NJPW/ROH. En outre, étant donné que je ne puis m'appuyer sur les présences hypothétiques (ou pas ... *) d'adversaires "de rêve" du circuit indépendant comme Matt Riddle ou Jeff Cobb, il ne me reste plus qu'une solution : voir Kenny Omega défier, lui-même et en toute amitié, son 'Golden Lover', Kota Ibushi, en remerciement du soutien qu'il lui a apporté et qui lui a permis d'atteindre ce but de cuir et d'or. Et il tend de montrer, pas seulement aux fans japonais de la DDT mais du monde entier, ce qu'un Kenny Omega vs. Kota Ibushi peut offrir !

Une solution qui pourrait très bien être le Main-Event de Wrestle Kingdom 13, suivant le déroulement du G1 Climax 28, et donc est tout aussi difficile à prédire pour All In ! Mais tant qu'à faire du "fantasy booking", allons-y franco et commençons par ajouter une "guest star".      

Narration : Le Main-Event démarre avec l'annonce de l'entrée en scène de CM Punk, présent au Starrcast, en tant qu'invité spécial aux commentaires. Il rappelle que, malgré sa nouvelle défaite en MMA à UFC 225, il s'est éloigné définitivement du catch. Néanmoins, il n'allait pas perdre une occasion de marquer le coup en assistant aux meilleurs catcheurs au monde s'affronter dans un événement tel, dans sa ville de Chicago !

De la même manière que pour le Ladder Match plus haut, je me contenterais d'aller droit au but. Pour toute illustration du déroulement possible de ce match, il vous suffit de voir leur révolutionnaire match de DDT Peter Pan 2012.

Les deux 'Lovers' ont tout tenté devant un public de Chicago épuisé mais ravi : Kota Ibushi s'est même marqué pour être l'un des premiers hommes à résister à un One-Winged Angel et Kenny Omega n'a pas succombé à son Kami-Goye. Ibushi est debout, fatigué, prêt à tenter le tout pour le tout. Il se positionne accroupit sur la troisième corde, face au public, dans l'optique d'un Phoenix Splash final. Kenny Omega le rattrape in extremis, le porte sur ses épaules. Il l'attrape pour un One-Winged Angle suicidaire, se met debout sur la troisième corde et se jette en arrière pour planter la nuque de son meilleur ami dans le ring dans un cri d'affolement mêlé de jouïssance des fans présents au Sears Center ! 1, 2 et 3, le verdict tombe implaccable comme pour signaler que la dernière limite venait d'être franchie sans rien de supérieur possible au-delà.

Alors que Kenny Omega enlasse Kota Ibushi, le remet lui-même debout et tient à célébrer avec lui sa victoire, les créateurs d'All In et le reste des protagonistes de Being The Elite, y compris CM Punk se levant de la table des commentateurs, les rejoignent aux abords du ring pour les féliciter et clôturer le... *Une musique soudain retentit doucement ... "One, two, three, four ...", le compte-à-rebours final pour laisser entrer 'The Best In The World' original, 'The American Dragon' Bryan Danielson ! Celui-ci, qui connaît bien les deux hommes, les saluent respectueusement une fois sur le ring puis, micro déjà en main, annonce au toujours champion : "toi et moi, pour le titre, au Madison Square Garden. All In 2"

Victoire : Kenny Omega

"All In", révolution en vue ou simple OVNI ?

https://catch-newz.com/images/2018/01/12/all-in-show.jpg

Ce dimanche 13 mai 2018, au siège de Pro-Wrestling Tees à Chicago, la bande de joyeux drills de Being The Elite a tenu sa première conférence de presse pour All In. Toute en spectacle, la séance s’est faite devant des fans et médias déjà acquis à la cause de Cody Rhodes et les Young Bucks et n’a donné que très peu d’annonces supplémentaires sur le show du 1er septembre : la participation d’une nouvelle star, Rey Mysterio Jr., et un match de championnat du monde poids-lourd NWA pour Cody (nicely done, Billy !). Mais le véritable objectif derrière cette conférence était de marteler une dernière fois (non, pas #FTRR, pour les retardataires au fond à gauche dans le coin sombre) le lancement de la billetterie, les heures suivantes.

Le défi n’était pas de faire de la communication marketing efficace (et cela, les Young Bucks et Cody Rhodes savaient déjà bien le faire avant même de se rencontrer). Le défi n’était pas d’organiser un show (Nick & Matt en avaient l'habitude à Reseda). Le défi était de dépasser la barre des 10.000 billets vendus pour un show de catch complètement indépendant, où Cody et les Bucks investiraient même leurs salaires s’il le fallait (d’où l’expression retenue pour « All In »). Ce défi a non seulement été relevé, il a été explosé ! Les 10.000 et quelques tickets mises en vente pour la soirée au Sears Centre de Chicago (le jour de la fête du travail américaine, bien choisi) ont tous été vendus en moins de 30 minutes ! Littéralement, comme l’ont souligné tous les médias de catch hier et aujourd’hui, du jamais vu aux Etats-Unis depuis (même pas la mort mais) la chute de la WCW à la fin des années 1990.

Une "blague", un "défi impossible" ... un bon angle de "crowdfunding" en somme ?

Le pari initial avait été lancé au célèbre journaliste et critique, Dave Meltzer, par Cody lui-même sur Twitter il y a tout juste un an. Meltzer affirmait alors, en réponse à un fan, que la Ring of Honor n’arriverait jamais dans un avenir proche à remplir une salle de plus de 10.000 personnes. Le fils du « fils d’un plombier » avait rétorqué qu’avec son nom et celui des frères Jackson à l’affiche, il ne leur suffirait que de trois mois de promotion (un détail du défi dont personne n’a souvenir d’ailleurs …) pour lui donner tort. Dès lors, la campagne de communication s’était mise en marche : Being The Elite est passé de simple vlog ou « road diairies » des Young Bucks et Kenny Omega à une véritable web-série influençant sur des « storylines » majeures de la ROH et NJPW, un compte Twitter @ALL_IN_2018 s’est ouvert en décembre 2017 annonçant des noms, date et lieu au compte-goutte, un partenariat commercial avec Pro-Wrestling Tees s’est signé et une véritable convention, STARRCAST (avec un certain 'Best In The World' au casting), s’est organisé autour.

Being The Elite, le show devenu plateforme de promotion d'All In, a-t-il désormais une raison d'exister ?

Aujourd’hui, le « club » de Cody & Cie est, comme on dit dans le jargon, plus qu’« over ». En 2018, il est de près ou de loin à l’origine de l’événement le plus fréquenté de l’histoire de la ROH (plus de 6.000 fans ont préféré son Supercard of Honor XII à NXT TakeOver : New Orleans), du succès similaire de NJPW Strong-Style Evolved et du prochain G1 Special in San Francisco au beaucoup plus imposant Cow Palace (et ce n’est pas un hasard, puisque c’est l’une des salles favorites de Cody Rhodes) – sans oublier CEOxNew-Japan, le show co-organisé par Kenny Omega. Contrairement au catch indépendant britannique par exemple, ou deux-trois promotions se partagent ce marché nouvellement grandissant, les parts du circuit indy américain que cette bande ne touche pas de leur "Midas touch" ne font que vivre ou survivre à côté (autrement dit, la Ring of Honor ne serait actuellement peut-être pas grand-chose sans elle).

A LIRE : Comment le catch raconte une histoire en 2018

Le succès (commercial) aussi soudain et fracassant d’All In est aussi bien leur victoire que celle des fans eux-mêmes … ou pas ? Ce show auto-financé, le plus « alternatif » qui soit, est la preuve que des catcheurs non-WWE (ou presque, dans le cas de Cody) assez populaires, au sens aigu de la communication et du marketing, sont capables sans l’aide d’aucune structure ou agent (« P-W-G ! P-W-G !») de fédérer une véritable communauté autour d’eux et de la transformer en une clientèle fidèle et vorace – à condition de leur offrir, a priori, exactement ce qu’ils attendent en retour. Car pour ce show du 1er septembre déjà « sold out », Cody & The Bucks n’ont même plus besoin de rester « all in » puisque quoi qu’il arrive, s’ils se débrouillent assez bien tout en faisant le minimum d’efforts, les 10.000 et quelques fans qui ont leur ticket seront là et achèteront t-shirts et goodies au passage. De ce point de vue, seuls les prochains mois nous diront si le trio visionnaire ne va pas tomber dans les mêmes travers que Stamford (même si, personnellement, j’en doute). Autre doute : le show sera-t-il, à l’image de son idée folle, aussi révolutionnaire en termes de qualité in-ring et narrative ? Là encore, nous ne le serons que le soir même du 1er septembre prochain.

Le jamais vu, jamais fait et historique ne fait pas tout ...

Qu’en est-il de sa signification pour le « futur de la profession » ? La plupart des médias et spécialistes tiennent à souligner uniquement l’accomplissement de ce week-end en lui-même pour d’ores et déjà prédire un impact historique hypothétique sur l’industrie toute entière. Pourtant, ce show « anti-establishment », arrivé au bon moment et surfant sur la bonne vague, va-t-il vraiment changer le monde du catch comme l’a fait l’ECW de Paul Heyman ou la WWF des années 1980 avant lui ? Peut-être, mais pas forcément 100% en bien.

Du point de vue des catcheurs, l’influence d’All In et de ce qui suivra immédiatement après pourrait être aussi positive que négative. D’un côté, un tel succès donnera un argument de pression pour relancer sérieusement le débat autour de la formation d’un syndicat (ou « union » en anglais), après avoir prouvé le fait que des catcheurs n’avaient besoin d’aucune organisation derrière eux pour faire ce qu’ils entendaient. De l’autre, organiser un événement et en prendre les responsabilités administratives, juridiques et financières n’est pas à la portée de tous. Des structures comme la WWE ou la NJPW ont des mauvais côtés (plus chez une que chez l’autre, évidemment) mais elles ont pour elle un ensemble de garanties de protection médicale et juridique de leurs talents. Et même d’un point de vue créatif, si un personnage ou une « storyline » ne marche pas auprès du public, les critiques retombent sur la direction et l’équipe créative, rarement le catcheur lui-même. Seul face à son public, le droit à l’erreur devient très vite limité.

Quant aux promoteurs d’ailleurs, ce modèle volontairement « chaotique » et auto-entrepreunarial les poussera peut-être à donner davantage de pouvoirs créatifs et de liberté, en général, à leurs talents. D’un autre côté, cela peut les amener à négliger des postes clés dans l’organisation d’un show de catch : adieu « bookers », « agents » et scénaristes. Qui a dit que le monde du catch avait besoin d’un Gabe Sapolsky, d’un Chris Kreski ou … d’un Dusty Rhodes ? (Et ne parlez pas à Cody de Vince Russo !) Qui a dit qu’un programme purement scénaristique tel Lucha Underground avait vraiment lieu d’être ? Et qui a dit, encore une fois, qu’on avait besoin de « booker » la carte d’un show de A à Z pour le vendre ? Que serait la monstrueuse ascension de la NJPW en 2018 sans une organisation solide, une direction déterminée et avisée et une équipe créative efficace ?

Pour l’instant, All In (l’un des rares shows sans promotion organisatrice … de puis Heroes of Wrestling) est un ovni et non l'écriture d'une nouvelle page de l’histoire du catch. Et seul l’avenir conclura sur la positivité de son influence … mais en attendant, j’en connais trois qui se baignent dans des milliers de billets verts bien mérités (Matt Hardy style !) et de tout cela n'en ont strictement rien à foutre !