Catalina Wrestling Mixer : Analyse surprise d'un show typique de catch indépendant

https://i0.wp.com/www.pwponderings.com/wp-content/uploads/2017/08/DGceXovXoAA2A7E.jpg?resize=800%2C445

En récompense de mon argent durement gagné, fruit de mon labeur professionnel officiel (la valorisation de la recherche scientifique à Télécom SudParis, grande école d'ingénieurs du numérique ^^), j'ai décidé de passer ma première commande sur HighSpots.com. En plus de la commande complète du PWG Battle of Los Angeles Tournament 2017, je choisis d'ajouter le package surprise de Noël, contenant notamment un DVD supplémentaire. Outre un t-shirt vintage de Cryme Tyme, une superbe figurine Kevin Steen (la forme "Kill Steen Kill" de Kevin Owens) et un autographe de Duke The Dumpster, je me retrouve donc avec un show de la jeune Wrestling Revolver, que je ne connais alors que de nom.

Au programme : un tournoi d'une soirée comportant, entre autres, Rey Fenix, AR Fox, Ethan Page ou encore Shane Strickland. Le tout s'étant déroulé début août 2017 à Dayton, dans l'Ohio, en collaboration avec la Rockstar-Pro . L'occasion de faire une véritable découverte et de regarder deux heures de catch sans attentes préalables - "just watch and enjoy", qu'ils disaient !

The Wrestling Revolver (Pro-Wrestling Revolver), en collaboration avec la Rockstar Pro-Wrestling, présente "The F'N Catalina Wrestling Mixer" - Rockstar Pro Arena (~250 fans), à Dayton, Ohio - 04/08/2017

Avant de commencer, petites précisions sur les forces en présence ici : la Wrestling Revolver a été fondée par Sami Callihan, à son retour de la WWE/NXT, il y a un an dans l'Iowa ; la Rockstar Pro (célèbre pour le match marathon entre David Starr et Dave Crist), établie depuis 2007 dans l'Ohio, est actuellement dirigée par ses acolytes d'OI4K, les frères Dave et Jake Crist.

Par ailleurs, le titre de ce show-tournoi est une parodie de "Catalina Wine Mixer", l'événement fictif au centre du film Step Brothers, une comédie avec Will Ferrell. Dans le monde du catch, il a notamment inspiré certains dialogues entre Kevin Owens et Chris Jericho.

 

The Catalina Wrestling Mixer Tournament - First Round Match #1 : Shane Strickland b. Maxwell Jacob Friedman

https://static.wixstatic.com/media/7b2c0e_1f0df8f354054c81a6def33b4c4b845b~mv2_d_5472_3648_s_4_2.jpg/v1/crop/x_2216,y_0,w_2134,h_2909/fill/w_167,h_231,al_c,q_80,usm_0.66_1.00_0.01/7b2c0e_1f0df8f354054c81a6def33b4c4b845b~mv2_d_5472_3648_s_4_2.jpg Shane Strickland (aka KillShot dans Lucha Underground) arrive avec un "swag" à la Lenny Kravitz et trois ceintures - les titres de champion de Wrestle Circus et Defy Wrestling ainsi que de champion du monde de la CZW. Son adversaire, talent indépendant local, est l'ex-American Luchacore Champion (voir plus bas) et alors l'actuel champion Wired TV de la CZW et champion de la Maryland Championship Wrestling (qui accueille souvent l'EVOLVE dans sa salle locale). MJF incarne un jeune "heel" bourgeois et arrogant, à la provoc' classique au micro (il réutilise le "I'm better than you !" d'un CM Punk du début des années 2000s), au physique et au style in-ring proche d'un Randy Orton période Evolution.

Assez centré sur des prises de soumission, en particulier sur l'un des bras de Strickland, MJF montre une certaine fluidité et rapidité d'exécution. Plutôt talentueux, il se fera néanmoins avoir par une stratégie similaire adoptée par son opposant, le soumettant sur une clé de bras modifiée. Une fin abrupte que les commentateurs ne relèveront pas (et qui marquera le ton de la majorité des combats de ce tournoi) - on pourrait en effet se dire qu'une soumission rapide dans le premier round peut permettre de conserver des forces pour le reste de la soirée. Quant au résultat, il semble logique : le champion majeur de la CZW se montrant supérieur au champion mineur.

 

The Catalina Wrestling Mixer Tournament - First Round Match #2 : Simon Grimm b. 'All Ego' Ethan Page

https://static.wixstatic.com/media/7b2c0e_2f9a62a3f7744256913ad102e1319634~mv2_d_5472_3648_s_4_2.jpg/v1/crop/x_1660,y_264,w_2234,h_2855/fill/w_186,h_239,al_c,q_80,usm_0.66_1.00_0.01/7b2c0e_2f9a62a3f7744256913ad102e1319634~mv2_d_5472_3648_s_4_2.jpg Les deux poids-lourds de la compétition, Ethan Page et Simon Grimm sont des têtes plutôt connues : le premier a été contraint de quitter l'EVOLVE pourtant au sein de laquelle il s'épanouissait et le second a été poussé vers la sortie, laissant Aiden English, son ex-partenaire de The Vaudevillains, à Smackdown Live!. Charismatique, Page débute par un petit dialogue, évoquant qu'il a découvert le film Step Brothers à l'occasion de ce tournoi ... et qu'il l'a détesté. Simon Grimm avouant qu'il n'en est pas fan non plus, 'All Ego' lui demande s'ils ne viennent pas juste de se rendre compte qu'ils peuvent être les meilleurs amis du monde (rejouant la scène culte du film) ... juste avant de se faire menacer par son adversaire, déterminé à gagner ce tournoi.

Un combat de chiffoniers s'en suit, avec pas mal de lourdeur, arbitré par une femme noire à lunettes (une belle promotion de la diversité à tous les niveaux = +1 !). Un tel match donne l'occasion à Grimm de montrer sa puissance et son style très "old-school" avant de soumettre Ethan Page sur un Jiu-Ji Gatame, détonnant complètement avec le reste de la rencontre.

 

The Catalina Wrestling Mixer Tournament - First Round (Street Fight) Match #3 : AR Fox b. ?? (= Alex Colon)

https://static.wixstatic.com/media/7b2c0e_725f1966a15d45ac8a053ef3c69a3523~mv2_d_5472_3648_s_4_2.jpg/v1/crop/x_1368,y_0,w_3566,h_3028/fill/w_221,h_187,al_c,q_80,usm_0.66_1.00_0.01/7b2c0e_725f1966a15d45ac8a053ef3c69a3523~mv2_d_5472_3648_s_4_2.jpg Une bonne surprise, ça fait toujours plaisir ! Prévu initiallement pour ce tournoi, le bulldozer de la CZW, Matt Tremont, était remplacé ici par une invité mystère in extremis. La stipulation "Street Fight" de ce match (à l'origine mystérieuse) néanmoins a été conservée. "Color commentator" habituel du vétéran moustachu Jake Manning (le principal commentateur de la soirée), AR Fox débarque avec une poubelle, s'amusant à frapper gentiment le crâne des fans aux abords du ring. Lorsque son adversaire mystère est sur le point de se révéler, il les encourage à applaudir ... jusqu'à ce qu'Alex Colon débarque. Moitié des champions par équipe de la Rockstar Pro, il avait en effet battu ce même AR Fox pour remporter le tournoi CZW Best of the Best en 2013.

Agressif et inconscient, Alex Colon s'apparente à un certain Homicide sur le ring. Rapidement pourtant, le match se déporte dans les confins sombres de la Rockstar Pro Arena, justifiant bien son aspect Street Fight. De retour aux abords du ring, les deux opposants se rendent coup pour coup : après un Warrior's Wrath à la Low-Ki ou Alberto El Patron sur le côté du ring par Colon, Fox enchaîne sur deux Package Piledrivers sans succès. Le gagnant du Rockstar Pro Tournament of Flight de juin 2017 sort enfin un 450° Splash victorieux, à travers une plaque de bois posé sur deux chaises pour former unetable.

Assuremment, le match de la soirée !

 

The Catalina Wrestling Mixer Tournament - First Round Match #4 : Rey Fenix b. 'Juggernault' Jeremiah

L'invité de marque de la soirée, l'ex-champion de Lucha Underground, Rey Fenix, rencontrait ici le surprenant champion de la Rockstar Pro, Jeremiah. Très polyvalent et intense, ce dernier s'est montré plus que capable de faire fasse à une star du calibre de Fenix.

Après un match plutôt solide, malgré un sale botch de Fenix à cause d'un rebond de trop sur des cordes un peu flottantes, c'est sur une nouvelle prise de soumission que s'achève le premier round. Une manoeuvre un peu incongru de la part du "luchador". On regrettera une nouvelle fois le manque de "storytelling" en commentaires, qui auraient pu appuyer un peu plus sur l'opposition entre le champion résident et l'invité étranger. Malgré ce principal défaut, les commentateurs sont restés corrects et concentrés tout au long du show.

 

Open Invitational PWR Scramble Championship Match : Matthew Palmer b. Sami Callihan, Jordan Len-X ©, Zachary Wentz, Terry Miguel, 'Manscout' Jake Manning, Aaron Williams, Clayton Gainz, Cole Radrick, Ron Mathis, Myron Reed, Space Monkey et Dezmond Xavier

Seul titre actif de la Wrestling Revolver, le concept du Scramble Championship reflète parfaitement la personnalité de son créateur, Sami Callihan, à l'esprit anarchiste, chaotique, rempli d'énergie. Mais avant de m'étendre sur le match de championnat lui-même, quelques renseignements sur la miriade d'inconnus en compétition ici :

- Jordan Len-X, champion entrant, est le talent indy hybride par excellence. Malheureusement, il ne se démarquera pas assez des autres dans ce match pour attirer mon attention.

- Matt Palmer est un jeune "heel" agressif. Il attaque violemment la jambe Sami Callihan durant son entrée et le met hors-jeu pour une grande partie du match, avant de revenir dans la partie dans les dernières minutes (un classique). Il s'est ainsi établi comme l'homme le plus détesté du show, engrengeant un bon nombre de huées.

- Zachary Wentz, au visage à moitié peint, est le partenaire "fou-fou" de Dezmond Xavier (gagnant de la GFW/Impact Wrestling World X-Cup 2017), un voltigeur similaire à Ricochet ou AR Fox, déjà connu des fans de la Pro-Wrestling Guerrilla et de la CZW.

- Terry Miguel est un Anthony Henry, ex-champion par équipe d'EVOLVE, bis.

- Jake Manning, commentateur principal de la soirée, est un vétéran de la scène indépendante, que l'on retrouve notamment sur des WrestleCon et autres festivals indépendants. Incarnant un macho réactionnaire, avec sa moustache et son costume de boyscout, il est à l'origine de la série d'Intergender Matches, les "Battle of the Sexes Matches", tenue pour déterminer le "sexe dominant du monde du catch".

- Aaron Williams est le partenaire d'Alex Colon à la Rockstar Pro. Vétéran local, il est une version "sous-marque" de Low-Ki dans le corps de B-Boy.

- Clayton Gainz est un mélange de Brian Cage et Big-O (le meilleur ami super-stéroïdé de Zack Ryder du temps de Z! True Long Island Story), montrant à peu de choses près les mêmes capacités in-ring que le premier.

- Cole Radrick, et sa grenouillère unie-bleue, est un "moche surexcité" (pardonnez-moi mais c'est la seule façon de le décrire), doté d'un talent très surprenant sur le ring.

- Ron Mathis est un Trevor Murdoch survitaminé ou une version miniature de Lars Sullivan. A noter qu'à un moment durant ce match, il se fait attaquer par JT Davidson, un gros barbu en costume apparemment manager en temps normal. Pourquoi ? Nous ne le serons tant encore une fois le "storytelling" est absent du répertoire de qualités des commentateurs.

- Myron Reed est le "rookie" de ce match. Dans sa première année pro, ce voltigeur - semblable à Ryan Smile de la RevPro, outre-Atlantique - est doté d'un beau potentiel mais est dépourvu de charisme.

- Space Monkey est enfin le seul catcheur masqué de ce match, arborant un costume tout droit sorti de la Chikara. Entre astronaute et singe Saiyan de Dragon Ball, il est agile et sautillant mais ne se démarque pas non plus du reste. A une chose près : les fans lui lancent des bananes, qu'ils mangent au gré du match !

Quoique assez long, ce Scramble Match est l'un des bons points de la soirée. La douzaine de catcheurs s'en est donnée à coeur joie, chaque catcheur contribuant à sa manière sans domination particulière. Après une séquence de Dives multiples en dehors du ring vue et revue et tirée jusqu'à épuisement du public, la horde de catcheurs continuent à se bagarrer à travers la foule. C'est là qu'ont lieu les véritables moments forts du match : Shooting Star Press du haut d'une échelle, en s'appuyant sur un tuyau au plafond, par Dezmond Xavier ; puis un double Suicide Dive du haut de l'estrade des commentateurs sur une demi-douzaine d'opposants dans le public ! Ce match chaotique se termine après de nombreux "nearfalls", avec le retour en force de la 'Human Death Machine', une nouvelle fois piégée par  par ce Matt Palmer, ciblant la jambe blessée pour le soumettre et remporter le titre de Scramble Champion.

Après un court discours provocateur d'après-match suivant sa victoire, Palmer se fait pourchassé par Callihan, Xavier et Zachary Wentz - signe manifeste d'une rivalité sous-jacente dont nous ne serons jamais les tenants et les aboutissants ...

 

The Catalina Wrestling Mixer Tournament - Semi-Final Match #1 : Rey Fenix b. Shane Strickland

Un bref combat de "high-flyers" pour débuter ces demi-finales, démarrant sur les chapeaux de roue avec une Somersault Plancha de Fenix sur Strickland, de la rampe d'entrée vers le ring ! D'à peine 5 minutes, il fut bref mais intense, s'échevant sur deux Canadian Destroyers (l'un sur le côté du ring, et l'autre dans le ring). Une rencontre rapide pour contrebalancer avec le long Scramble la précédant mais trop courte pour nous laisser apprécier pleinement une telle rencontre. Dommage ...

 

The Catalina Wrestling Mixer Tournament - Semi-Final Match #2 : AR Fox b. Simon Grimm

https://static.wixstatic.com/media/7b2c0e_5664e968c21f4ddcbd5b673e804255c5~mv2_d_5472_3648_s_4_2.jpg/v1/crop/x_1368,y_912,w_2234,h_2736/fill/w_119,h_148,al_c,q_80,usm_0.66_1.00_0.01/7b2c0e_5664e968c21f4ddcbd5b673e804255c5~mv2_d_5472_3648_s_4_2.jpg Premier vrai bon clash de styles du tournoi, opposant la lutte de Simon et la voltige de Fox. Malheureusement, là aussi, une rencontre un peu courte se terminant sur un 450° Splash d'AR Fox.

Là aussi, on sent que la longueur du Scramble Match a pénalisé les matches suivants, obligés d'être limités à de courtes durées.

 

Battle of the Sexes Match : Jessicka Havok b. Jake Crist

https://static.wixstatic.com/media/7b2c0e_4a897a7dc0dd4fc2b96dd050459bc041~mv2_d_5472_3648_s_4_2.jpg/v1/crop/x_1669,y_255,w_2508,h_2718/fill/w_175,h_190,al_c,q_80,usm_0.66_1.00_0.01/7b2c0e_4a897a7dc0dd4fc2b96dd050459bc041~mv2_d_5472_3648_s_4_2.jpg Introduit en commentaires par Jake Manning, le concept de ce genre de matches est de déterminer le "sexe fort" sur le ring. Opposée à Jake Crist, l'un des deux propriétaires de la Rockstar Pro (avec son frère Dave Crist, formant tous les deux Ohio vs Everything), Jessicka Havok est une catcheuse imposante mais au in-ring solide, connue pour ses matches à la SHIMMER et à la WSU, et surtout pour son séjour en tant que "monster heel" à la TNA il y a quelques années. Aux relations plutôt amicales, les deux sont (sans explications, en commentaires) accompagnés et présentés par le massif barbu en costume, 'Iron manager' JT Davidson.

Après un Scramble Match surdosé et la fin du tournoi approchant, on ressent un moment de fatigue devant un tel match, dotant qu'aucune "heat" ne semble le dynamiser. Le public soutient Havok malgré la faiblesse de son intensité, et Jake Crist semble plus porter sur le "selling" qu'autre chose. Puis, suite à un simple Chokeslam (un peu faiblard après la longue "spot-fest" en amont), Jessicka Havok l'emporte. L'idée générale plaît mais l'exécution laisse à désirer ...

 

The Catalina Wrestling Mixer Tournament - Finals - Last-Ever American Luchacore Championship Match : Rey Fenix b. AR Fox

https://i2.wp.com/www.pwponderings.com/wp-content/uploads/2017/08/DGeLMuQVoAAH5Cn.jpg Alors que le match final s'apprête à débuter, je suis fermement derrière AR Fox, l'homme de la soirée jusque là. Fenix n'a bien sûr rien à lui envier, mais il n'a pas autant brillé ou ravi le public comme l'a fait 'The Whole Foxin' Show'. Pour préciser, l'American Luchacore Championship remis en jeu ici, anciennement porté par MJF, est voué à être désactivé (pourquoi ? bonne question !) 10 ans après sa création par les frères Crist et Sami Callihan. Couronner un champion final est donc l'objectif et la raison d'être de ce tournoi. Et qui dit "Luchacore" dit "Lucha" ... et je ne vois qu'un "luchadore" dans ce match ! Comme on l'aura soupçonner, c'est à Rey Fenix de remporter ce "titre prestigieux". Et ce, au terme d'un match solide, clôturer par deux Fire Thunder Drivers à la Bam Bam Bigelow ou Rikishi.

Après un discours alambiqué célébrant sa victoire, entouré de la majorité des catcheurs de la soirée, Fenix laisse place à Sami Callihan remerciant les fans présents et leur indiquant que sa Wrestling Revolver sera de retour dans l'Ohio.

En conclusion, un show facile à regarder, malgré sa production proche des premières années de la Ring of Honor et un cruel manque de "storytelling" en commentaires. On regrettera un tournoi aux combats agréables mais écourtés par la longueur du Scramble Championship Match (qui aurait mieux fait de clore le show), mais retiendra la performance globale d'AR Fox, le talent surprenant des inconnus locaux et l'appui de la diversité à tous les niveaux.

 

Catch Catch Indépendant Catch Féminin Sami Callihan Rey Fenix AR Fox Ethan Page Shane Strickland